Débats/discussions

L’Agence

« Il existe, quelque part en Suisse romande, un "centre de contrôle du monde": L'Agence, dirigée par une autorité tyrannique: Michèle Durand-Vallade

Le Conseil du public s'est penché le 17 mars 2014 sur L’émission l’Agence de RTS La Première. 

Une émission proposée par Michèle Durand-Vallade. Le dimanche de 11h à 12h30 en direct et en public sur RTS La première.

Avec les chroniqueurs Gaspard Boesch, Christophe Bugnon, Didier Charlet, Christian Denisart, Laurent Flutsch, Eric Grosjean, Vincent Kohler, Thierry Meury, Laurent Nicolet, Valérie Paccaud, Nathanaël Rochat, Brigitte Rosset, Guy Schrenzel, Sandrine Viglino.

« Il existe, quelque part en Suisse romande, un "centre de contrôle du monde": L'Agence, dirigée par une autorité tyrannique. Chaque dimanche, ses agents traquent les comportements suspects et kidnappent un (ou plusieurs) personnage public concerné par l'actualité. Passé à la moulinette de la mauvaise foi, l'individu n'a d'autre choix que de tout révéler. L'Agence entend tout, sait tout, voit tout, et rien ne la détournera de sa mission. »

Donnez votre avis sur cette émission.
Vos commentaires étofferont les discussions du Conseil du public.

Audios

13.02.2014
l-agence_20140209_full_l-agence_469afd96-2333-4f41-8460-d2d7a80ce687-128k.mp3

Commentaires

Le débat est clos depuis le 13.02.2014

— 13.02.2014 00H00

Vous demandez l’avis des membres de la SRT sur l’émission l’Agence du dimanche, bien ! Mais en ce qui me concerne je souhaite faire une appréciation plus générale sur nos médias audio-visuels dits de service public. Je me rappelle de mon enfance devant le « poste » à écouter Radio Lausanne ou radio Genève puis la radio romande. De longues années nous avons écouté une vraie radio de service publique neutre dans ses appréciations et dans ses opinions une vraie source d’informations ni orientées, ni distordues, des émissions culturelles, des émissions d’humour vraiment humoristiques et tant d’autres si distrayantes. A mon grand regret notre radio et notre TV (mais là je me sens beaucoup moins concerné) ne sont plus les vecteurs de la connaissance qui nous était dispensée. Désormais il n’y a plus de vrais journalistes, les émissions sont politisées et je commence avec le matin où les journaleux du moment ont l’art de l’interview orienté du style : «ne pensez-vous pas que les résultats du vote du 9 février seront une catastrophe planétaire pour la Suisse » au lieu de : «que pensez-vous du résultat… ». Puis on passe à En Ligne directe une émission annoncée à grands coups de clairon : «la parole aux auditeurs, plus aucun invité auto-proclamé spécialiste ! » tout ce tintamarre pour accoucher d’une souris car en fait rien de nouveau si ce n’est que, pour un semblant de participation, il faut aller grossir le porte-monnaie de Mark Zuckerberg par son réseau dit social (le dit réseau soit dit en passant bien critiqué par cette même chaîne la RTS la première). Je me suis « amusé » pendant 6 mois de chronométrer le pourcentage de temps laissé aux interventions à connotations gauchistes ou gauchisants et aux interventions à la connotation de droite : 70% contre 30% ! Edifiant pour une radio de service public alors que l’on sait que la population suisse est majoritairement tournée vers la droite ou le centre. Et la journée n’est pas finie ! Quelque émissions culturelles et tous usages pour arriver à la Ligne de cœur qui depuis la venue du nouvel animateur (Tiens curieux ! Il ne doit y en avoir plus qu’un à la RTS car il est bientôt de toutes les émissions) qui prend soin de soigneusement encadrer et diriger, sous couvert de liberté totale, le thème de la semaine. Maintenant en ce qui concerne l’Agence, une émission prétendument humoristique mais qui n’en a aucune caractéristique et qui ne fait rire personne, elle ressemble plutôt à une réunion de gauchos vieux 68ard éructant, grommelant, « gueulant » comme après une soirée au bistrot bien arrosée, qui font en fait exclusivement de la politique de bas niveau, « à gauche toute », sans grande réflexion et qui plus est se permettent de tenir des propos insultants à l’égard de personnalités plus ou moins connues ; vraiment rien à voir avec l’humour fin, recherché des Emile Gardaz, Claude Blanc ou même des 3 acolytes du quart d’heure vaudois, là on riait de bon cœur car ce n’était pas du prétendument humour mais bien de la QUALITÉ, du haut niveau. En conclusion je dirai que cette RTS la première ou la 1 de la TV avec son émission de propagande gauchiste Infrarouge sont devenues des agoras de socialos sans grande envergure que nous, auditeurs, payons (à contrecœur en ce qui me concerne) pour remplir un mandat de service public qui se doivent d’offrir des prestations équilibrés et neutres à TOUS leurs clients (les journalistes ne doivent pas utiliser cet outil de la communauté pour faire passer leurs opinions personnelles avec beaucoup d’insistance et de lourdeur çà c’est du mauvais journalisme ou du journalisme d’opinion dans un média privé). Pour ma part je pense (et je suis très loin d’être le seul) qu’un bon coup de balai est nécessaire faute de quoi la population réclamera de plus en plus des médias privés.

Isabelle Dafflon — 13.02.2014 00H00

Vu la longueur du commentaire précédent,qui parle surtout du passé, j'ai un peu le sentiment de visiter le Musée de la Maison qui nous est chère, je vais tenter le concis, précisant au passage que je porte un grand respect aux anciens, et que je les ai appréciés. Certes, il fut difficile d'entrer en ondes après la mythique "Soupe est pleine" et sa vedette phare Yann Lambiel. Pour être régulièrement présente aux enregistrements, je ne peux que constater que les invités sont "équitablement" égratignés par les humoristes et titillés par Michèle Durand-Vallade. Les trois étoiles sont pour eux. Une étoile en moins car je trouve que la qualité du son pourrait être améliorée à l'antenne, et une autre en moins pour la gestion de la caméra qui selon mon goût démérite un peu malgré l'application des caméramans/womans depuis qu'ils opèrent en mode mobile me semble-t-il. Ceci étant, ce genre d'émission doit vivre et survivre dans une liberté de parole que bien d'autres médias nous envient. J'ajoute une sixième étoile en bleu lumineux pour l'accompagnement musical de Sandrine Viglino, et Florent Bernheim parfois. Tout le reste est question de goût personnel, de sensibilité et de LIBERTE DE PAROLE.

Josette Kaabi — 13.02.2014 00H00

Bravo et merci d'avoir repris la suite de La Soupe est pleine; vous êtes mon "culte du dimanche matin" ! Je dis toujours à mes amis : si vous n'avez pas le temps de suivre la politique ou d'écouter les "nouvelles" et voir le téléjournal, écoutez L'Agence et vous saurez tout et juste ! Une étoile particulière à Nathanel Rochat pour son humour extraordinaire et démesuré (il devrait être plus "célèbre"). Néanmoins un petit reproche à M. Meury pour avoir articulé le plus grand pléonasme du monde, soit : la connerie humaine (connerie suffit ça va de soit, car elle ne peut pas être animale) ! Vous êtes tous formidables et équitables dans le choix de vos invités. Bon vent pour la suite et restez toujours à l'antenne. Josette Kaabi, Nyon