Warning: Use of undefined constant THEME_NS - assumed 'THEME_NS' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/9bcfcc1f274975929789b3dba2ffbc02/web/blog/wp-content/themes/rtsr/functions.php on line 7

Warning: Use of undefined constant wp_cumulus_widget - assumed 'wp_cumulus_widget' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/9bcfcc1f274975929789b3dba2ffbc02/web/blog/wp-content/plugins/wp-cumulus/wp-cumulus.php on line 375
Dexter | Le Blog de la RTSR
Get Adobe Flash player

Articles avec le tag ‘Dexter’

“Borgia” et “Killing” : USA contre Europe

La diffusion des séries hebdomadaires de haut niveau obéit (presque) sur la TSR à la règle suivante : meilleure est cette série si sa diffusion est tardive ( après 23 heures) et plus encore si elle est affublée d’un logo rouge de mise en garde de « certaines sensibilités » contre des scènes généralement de violence ou de sexe. Mais il s’agit plutôt d’une tendance.

« Dexter » partout… sauf ici !

Tirerait-on du programme de dimanche dernier (30 octobre) un montage issu des scènes ou situations les plus virulentes de « Varg veen » et de « Les Borgias » que par comparaison « Dexter » tiendrait de la bluette. Une vague de moralisme souffle sur la télévision installée dans la calviniste Genève. Le refus de programmer « Dexter » tient de l’auto-censure. Il ressemble furieusement à un acte de censure conduisant pour la spectateur à un choix entre sa chaîne préférée et ses voisines de TF1, de Zürich ou d’Espagne, etc.

Sarah Linden (Mireille Enos) dans “Killing” version américaine

Sarah Linden (Mireille Enos) dans “Killing” version américaine

Sara Lünd (Sofie Gabrol) dans “The killing” version danoise

Sara Lünd (Sofie Gabrol) dans “The killing” version danoise

Doubles choix … anti-européens !

D’un non-choix, passons à des choix unilatéralement imposés. Il existe donc deux versions de la grande famille espagnole régnant sur le Vatican : un « Borgia » commandité par Canal alpha de France et « Les Borgias » venus des USA. Constatation : la TSR a choisi la version anglophone. La deuxième saison de la série danoise « The killing » vient de s’achever sur Arte. La première saison de la version américaine vient de prendre son élan sur TSR1 le lundi soir. De beaux esprits se plaisent à dire que tout le monde parle d’Arte sans jamais la regarder. On aurait donc très bien pu choisir pour la TSR la version danoise, sans nuire à l’audimat. Une deuxième fois, entre l’Europe et les USA, le choix par la TSR s’est porté sur les USA.

J’ignore si «Borgia » surpasse « Les Borgias » faute de connaître le premier. « The killing » du Danemark est supérieur au « Killing » américain, de peu, mais tout de même.

Version américaine ou version danoise ?

Version américaine ou version danoise ?

La Sara danoise plus mystérieuse que la Sarah américaine

Première surprise : les suivre conduit immédiatement au sentiment de déjà-vu, mais sans la moindre nuance péjorative. Comme si on se lançait pour le plaisir dans une seconde lecture. Les scènes nocturnes restent nocturnes, dans les bleus sombres. Il pleut sur Copenhague autant qu’il pleut sur Seattle. La famille de la victime de Raben devient Larsen. Sara Lünd se nomme désormais Sarah Linden. Et parmi les multiples similitudes qui ne sont pas des copies, une pourtant étonne. L’actrice danoise, Sofia Gabrol est plus mystérieuse, plus troublante, plus étrange, plus inquiétante, moins lisse que Mireille Enos.

Sofie Gabrol

Sofie Gabrol

Emissions au congélateur

Les images qui illustrent ce texte sont toutes tirées du site www.tf1.fr -cbs). Elles illustrent la série « Dexter ». Ce choix est expliqué à la fin de ce long texte où l’on peut d’ailleurs lire séparément chaque partie introduite par un intertitre.

Une partie du casting de *Dexter” prend la pose

La SSR-SRG se comporte comme une société anonyme. Ses actionnaires sont les payeurs de redevance alors que sponsors et annonceurs sont ses clients. Peut-être que certains proches de l’équivalent d’un conseil d’administration d’une unité d’entreprise souhaitent que ces actionnaires forment un club de gentils membres. Mais la SSR est aussi un service public au service du public qui doit à ses actionnaires une transparence plus grande qu’une SA commerciale ou industrielle. Il arrive qu’une unité d’entreprise décide de ne pas montrer une émission. L’information sur les raisons d’une telle mise au congélateur devrait être demandée par le « conseil du public » de l’organisation institutionnelle et portée à la connaissance de l’actionnariat. Une liste de « surprises » récentes ou même ancienne vaut d’être amorcée.

La bande des quatre

“Dexter” - Saison 2 - épisode 1 - L’ombre d’un doute

A en croire « L’Hebdo » ( 15 septembre 2011 – page 30), un « Temps présent » intitulé « Des parlementaires sous influence », qui aurait du être diffusé le même jour, a été retiré de l’antenne. Le titre est clair : « Pourquoi la TSR a congelé un Temps présent ». L’idée du congélateur est plus intéressante que celle du placard. Le sujet abordait le comportement de parlementaires sous l’influence du lobby des caisses qui assurent contre la maladie mais refusent la caisse unique, repoussée par le peuple à près de 70 % en mars 2007.

Une règle interne veut que du 5 septembre au 23 octobre, 2011 on évite de faire apparaître à l’antenne des candidats à la fonction politique qui fait l’objet d’une campagne électorale. Les responsables de « Temps présent » auraient-ils oublié l’existence de cette règle interne ? L’émission n’est peut être mise au congélateur que provisoirement. On pourra se faire prochainement une idée de son contenu. De plus, l’idée de la caisse unique fait son chemin. On peut supposer que cette mesure de renvoi d’une émission ne les fera pas apparaître comme vaincus par les lobbystes.

Bien entendu, la radio et la télévision fixent les règles qui conduisent à inviter des candidats. L’une d’elle privilégie les quatre partis gouvernementaux, soit l’UDC, le PRL, le PDC et le PS représentés au conseil fédéral. On oublie que Mme Widmer-Schlumpff a été rejetée par son propre parti, l’UDC. Elle ne représente qu’un parti peu important en pourcentage. Dans le « Mégaphone » du mercredi 21 septembre 2011, on fait bon accueil à Yvan Perrin, Christian Lüscher, Dominique de Buman et Alda Marra, représentants de la bande des quatre…partis gouvernementaux.

On aura l’occasion de revenir sur une règle tacite qui ignore le 20 pourcent environ de la représentation politique. Cette même règle conduit à différer une émission (sur la caisse unique) et à faire la promotion d’une autre (mégaphone).

Pas de sursis ?

“Dexter” - saison 2 -épisode 2 - Faire son deuil

La justice prononce parfois une peine assortie d’un sursis. La mise au congélateur d’une émission peut être comparée à une condamnation par le justice.

Une chaîne canadienne vient de sortir un document sur l’accident de Swissair à Halifax en 1998 qui fit plus de deux cents victimes. L’expertise conduite pendant quelques années mit en cause un incendie. Les enquêteurs canadiens semble défendre la thèse d’un attentat. C’est du moins ce que les extraits présentés au « 19 :30 » du samedi 17 septembre 2011 suggèrent. Il semble que la télévision suisse alémanique ait été proche des auteurs de ce document. Mais « Zürich » vient de renoncer à le diffuser, pour ne pas « propager des spéculations ». Pas de version allemande semble avoir pour conséquence« pas de version française ».

Dans le congélateur de chaque chaîne, on doit trouver bon nombre d’émissions qui y furent discrètement déposées, y compris pour cause de médiocrité. Il vaut la peine de jeter un œil dans celui de la TSR. Il y a plus de deux ans, « Temps présent » préparait un document qui avait pour thème plus ou moins central la consommation festive de drogues en établissements nocturnes. Un technicien de l’équipe avait alors pris la décision de passer à l’acte. La presse populaire allait en parler quand la direction de la TSR prit la décision de mettre l’émission au congelateur. Par la faute d’un seul, l’équipe qui travaillait sur le document a été traitée en complice, la peine étant le refus de porter son travail à la connaissance du public. On peut se demander si cette « peine » était assortie d’un sursis !

Le cas « Dexter »

Les policiers tentent d’arrêter le tueur au camion frigorifique (légende TF1)

On peut voir actuellement cette série américaine de six saisons le mercredi soir juste avant minuit, les numéros de sa deuxième saison présentés deux par deux. Comme toujours, nous connaissons mieux les programmes des chaînes françaises que ceux de la SSR en allemand ou en italien. Mais on sait que « Zürich » montre « Dexter » à son public. Pour des raisons d’éthique, la TSR ne montre pas « Dexter ».

Il vaut le peine di citer quelques lignes parues dans le meilleur hebdomadaire d’informations et de réflexions culturelles de France, « Télérama » aux lointaines origines catholiques. :

La deuxième saison des tribulations sanglantes du tueur en série de Miami estt, disons-le tout de suite, magistrale. Installant suspense et humour noir, le rythme reste en effet parfaitement maîtrisé, tandis que la psychologie des personnages portée par l’interprétation très convaincante des comédiens (Michael C.Hall en tête), s’avère de plus en plus passionnante.

En 2007 déjà, lors du festival « Tous écrans » à Genève, nous entendîmes Alix Nicole, responsable de la programmation des séries, affirmer que la TSR ne montrerait pas « Dexter ». Il semble aujourd’hui que la décision avait été prise par le responsable des programmes, Yves Menestrier, choqué par la gratuité du tueur de tueurs en série qui restait impuni tout en pratiquant son métier de policier spécialiste des traces sanguines. Depuis lors, le directeur actuel, Gilles Marchand, semble avoir « couvert » ses collaborateurs, selon « Télétop Matin » du 11.09.2011. On y cite des arguments comme la série ne correspondrait pas « aux valeurs qu’une chaîne publique doit défendre ». Il paraît aussi que la TSR « ne veut pas choquer gratuitement ». Ce genre de remarques vaut pour bien d’autres émissions, ne serait-ce que « 24 heures chrono » avec son efficace justicier solitaire sauveur des USA.

Bref, il y a très longtemps, un film censuré ou interdit en-dessous de 18 ans dans un seul canton romand, le Valais surtout, ne passait pas à l’antenne. Aujourd’hui, deux ou trois personnes décident souverainement de protéger les téléspectateurs romands d’une des meilleures séries américaines actuelles. Ils condamnent « Dexter » à la congélation. Quand prendra fin cette peine dont on ignore si elle a été assortie d’un sursis ?

Le silence du conseil du public

Une femme visiblement aisée est retrouvée morte. Dexter fait bientôt le lien entre la victime et deux autres meurtres : un point commun, le même thérapeute (Légende TF1)

L’organisation institutionnelle, la RTSR, représentation du public, a mis en place un « conseil du public » qui doit s’intéresser tant à la radio qu’à la télévision. Ses travaux se sont déroulés pendant des années en circuit fermé, entre professionnels et « experts » aux relations pas toujours harmonieuses quand l’esprit critique même motivé prenait le dessus. Une parrtie sélectionnée de ses procès-verbaux apparaissait dans l’organe d’information de la RTSR, le « Médiatic » puis sur les différentes versions du site rtsr.ch. Depuis quelques années, le conseil du public rédige des communiqués sur ses principaux centres d’intérêt. On y trouve en particulier les résultats de travaux de groupes de travail qui disposent parfois de documents « top secret ». Le problème de la non-diffusion de « Dexter » aurait fait l’objet de quelques remarques lors d’une récente séance. Certains membres du conseil du public se seraient félicités de cette interdiction faite à une œuvre assurément violente, mais pas plus que beaucoup d’autres.

Le refus de diffuser « Dexter » est une hypocrisie. Ce n’est pas de la sournoiserie comme j’ai fait l’erreur de l’écrire. Mais il serait souhaitable que le conseil du public de la RTSR publie des communiqués qui signaleraient aussi des échanges d’idées contradictoires, avec point de vue majoritaire ou minoritaire. Le silence public du conseil du même nom est regrettable.

En attendant, on peut donc voir « Dexter », entrecoupé de pub au milieu de chaque épisode, sur TF1, qui ménage sa ménagère de moins de cinquante ans en programmant la série à une heure où elle est au dodo. Et il faut rappeler aux responsables des programmes de la TSR que le logo rouge, çà existe. Et que son sens est parfaitement clair !

Killing et Dexter : interdits à la TSR ?

Lourdes charges contre la redevance, crainte de voir la SSR accueillir de la publicité sur ses sites : les attaques contre le service audiovisuel public sont actuellement fréquentes. Pour certains, preuve de sa faiblesse programmatique, les séries, américaines en particulier, sont mises en cause : elles seraient trop nombreuses si elles ne sont pas très coûteuses. Il y a plus de dix ans, dans un dossier paru dans le « Médiatic », nous avions dénoncé la trop grande proportion de films anglophones sur les chaînes généralistes de France et de Suisse, la TSR atteignant alors la cote la plus haute. Elle fut alors dénoncée par un travail universitaire mettant en exergue « La macdonaldisation » des généralistes francophones. Les attaques actuelles s’en prennent maintenant aux séries, toutes confondues, la « galeuse » de la fable d’où proviendrait tout le mal.

“The Killing” : Sofia Grabel dans le rôle de Sarah Lund ( photos Arte)

Le haut-de-gamme

Une série haut-de-gamme se caractérise par la richesse de son propos et la rigueur de sa forme. « T’es pas la seule » n’appartient pas à au haut de gamme. « Dix » s’en approche. La danoise « Killing » et l’américaine « Dexter» en sont.

Sarah Lund et Ulrich Strange (Mikael Birkjean ) durant un interrrogatoire

Les attaques contre les séries ne prennent pas en compte la qualité. Elles surviennent alors même que les milieux de cinéphiles les plus exigeants se rendent enfin compte que l’audiovisuel progresse à travers les séries, mais pas seulement les américaines, surtout dans la temporalité originale de leur construction. « Les cahiers du cinéma » ( no 669- juillet/août 2011) viennent de saluer un grand créateur, J.J.Abrams, lors de la sortie de son film « Super huit » assurément, mais aussi pour son travail de « showrunner », de directeur de l’écriture de séries comme « Lost » ou « Fringe ».

« Positif » ( no 607, septembre 2011) consacre un solide dossier d’une trentaine de pages aux séries américaines, comme « True blood », « Mad men », « Lost », « Fringe », « Dexter », etc. Comme par hasard, ce sont là des séries presque toutes affublées du logo rouge par la TSR et présentées en fin de premier rideau ou carrément en nocturne.

Il serait pourtant surprenant que les charges à l’aveugle contre les séries prennent en compte les qualités. Toutes dans le même sac de réprobation, le pire et l’anodin comme le meilleur du haut-de-gamme ! A-t-on jamais vu des censeurs donnant dans la finesse ?

Sarah Lund ne croit pas à la culpabilité de Hussein Kad Marii (Ramadan Huseini ). La lumière de cette image donne une assez bonne idée des éclairages de la série

Le danois « Killing »

Pour voir « Killing », il faut s’installer sur Arte cinq mardis soirs depuis le 6 septembre 2011. D’Arte, on dit parfois que tout le monde en parle sans jamais la regarder. La TSR tient à programmer des séries avant les différentes chaînes francophones. Arte vient de lancer la deuxième saison d’une série danoise qui a su retenir l’attention de plus du tiers de tous les danois qui ont suivi Sarah Lund lors de son enquête sur le meurtre d’une étudiante. La deuxième saison va tenir les promesses de la première après la découverte du corps d’une brillante architecte. L’étrange Sarah Lund entreprend une nouvelle enquête.

L’incursion du politique dans un “polar” : Le ministre de la Justice Buech (Nicolas Bro, au milieu) et à sa droite le secrétaire d’Etat Plough ( Preban Kristensen)

Puisque personne ou presque, paraît.-il, ne regarde Arte, pourquoi diable la TSR ne présente-t-elle pas cette splendide série, qui raconte une enquête passionnante, décrit le travail de polices et de la justice, plonge dans des milieux inattendus (l’armée danoise en deuxième saison), ne craint pas de faire incursion dans les hautes sphères du pouvoir politique avec ses confrontations ?

« Dexter »

Il est tout de même regrettable que le téléspectateur suisse sache si peu de choses des deux chaînes nationales linguistiques qui emploient une autre langue que la sienne. Peut-être est-il en effet exact que les séries en particulier américaines soient moins présentes en Suisse alémanique qu’en Suisse romande. « Dexter » passe sur l’antenne d’Outre-Sarine sans le moindre problème. La série semble bien le devoir aussi à ses qualités.

Michael C.Hall prend la pose promo dans “Dexter” (photos TF1)

« Dexter » ne se réduit par au travail sordide d’un policier qui agit seul pour punir de mort violente sanguinolente et sordide des tueurs en séries restés impunis. Il est préoccupé par sa sœur, qui appartient elle aussi à la police où elle connaît des difficultés. Il s’occupe aussi attentivement des deux enfants d’une compagne avec laquelle tout n’est pas harmonieux. Son comportement solitaire trouve des racines dans sa petite enfance où il subit les perturbations nées d’un père autoritaire. Un de ses collègues de travail le soupçonne, pour le moment sans preuve, d’être lui aussi « tueur en série ». Et Michael C.Hall est un crédible Dexter Morgan après avoir été le compliqué frère homosexuel de la famille de croque-morts de « Six feet under »

Debra Morgan, la soeur de Dexter, interroge un témoin

« Censuré par la TSR »

TF1 dispose des droits sur « Dexter » mais aura tardé à les utiliser. La deuxième saison vient de débuter pour quelques mercredis soirs tardifs. La TSR n’a peut-être pas trouvé d’accord avec sa nouvelle concurrente publicitaire pour une diffusion en avant-première. Une collaboratrice de la TSR a fait savoir que ce sont des raisons morales qui conduisent à ne pas diffuser cette série. Les mêmes raisons eussent été valables pour « 24 heures chrono ». Il paraît même que « True Blood » qui atteint des sommets dans le gore, est moins dangereux que « Dexter » puisqu’il s’agit de vampires, de fées, de loups-garous, d’humains. Seulement, une interprétation possible de la série peut s’en aller du côté des Sudistes contre les Nordistes et de ceux qui oscillent entre les deux camps.

Une main dans la main d’un collègue de Dexter

Mais le rejet de « Dexter » est plus ancien. Il est le fait du responsable de la programmation en 2006, Yves Menestrier. La collaboratrice de la TSR ne fait qu’appliquer une décision ancienne et la défendre.

Oakes, le policier noir qui se méfie de Dexter, avec une victime.

« Délivrance », lointain souvenir

Me reste en mémoire, peut-être dans un certain flou, une déclaration d’un ponte de la TSR au début des années septante affirmant que, au grand jamais celle-ci montrerait un film comme « Délivrance » de John Boorman. Le film n’est-il jamais arrivé depuis lors sur notre antenne ? On doit avoir oublié l’ancienne déclaration. Une décision prise il y a cinq ans devrait pouvoir être revue. Interdire d’antenne *Dexter” revient à un geste de censure sournois et hypocrite. Même en 2011 !

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Tags
Derniers commentaires
Catégories
Archives