Get Adobe Flash player

Articles avec le tag ‘Borgen’

Séries télévisées : modèles danois

B O R G E N : Un excellent départ sur Arte

L’élan est donné, tous les jeudis jusqu’au 9 mars, deux par deux, à 20h35, les différentes épisodes de « Borgen » seront en direct sur ARTE,    lequel propose aussi des passages en nocturne et offre la possibilité d’une vision sur internet sept jours durant après la projection. Excellente mise en valeur, complétée par un site d’une belle richesse.

Sur le site d’ARTE, on s’amuse à inventer une magazine à potinstrès populaire, le « Skandal » qui pour un rien déshabillerait Birgitte Nyborg ( Sidse Babett Knudsen dans « Borgen » )

Le premier épisode couvre à peine trois jours avant le vote populaire qui va faire progresser de manière inattendue le parti du centre auquel appartient Birgitte Nyborg, le deuxième décrit les événements qui vont faire d’elle la première d’entre les ministres après des négociations tendues et plus ou moins correctes entre partie politiques du centre, de droite et de gauche.

Accumulation d’événements comme en pure fiction

Sidse Babett Knudsen en Birgitte Nyborg dans « Borgen », série danoise, ici l’épouse et mère de famille qui doit apprendre à coexister avec la première des ministres

Ceci d’emblée : il s’agit d’une fiction qui concentre sur une courte période des événements assez rares. Il y a la disparition inattendue d’un proche collaborateur du premier ministre  sortant de charge qui meurt d’une faiblesse cardiaque dans son lit alors que sa maîtresse appelle au secours un proche de Birgitte dont elle fut aussi la compagne comme élément dramatique moteur principal. A Londres, le premier ministre commet une grave erreur en réglant des achats somptuaires de son acariâtre épouse avec une carte officielle, geste qui mettra en cause la légitimité de son poste, comme s’il était un président de banque dépassé par les spéculations de son épouse. La belle Kathrin  prend peur devant un test positif de grossesse. Cette accumulation d’événements est bien le propre de la fiction cinématographique. Notons aussi en passant que la mort d’un président de la République française dans un attentat-suicide est aussi le carburant qui vient de faire démarrer en trombe « Les hommes de l’ombre » de France 2 !

Réalité politique plausible

Et pourtant, la réalité plausible est bien inscrite dans ce récit. Attachants ou crispants, les événements politiques, les conflits, les accords, les pressions en coulisses, les conseils des « spin doctor »,ces importants conseillers plutôt peu connus du grand public, le comportement individuel constamment contrôlé et mis en scène à cause de l’omniprésence des médias, la télévision plus encore que la radio et la presse, présentent de nombreux points de ressemblance avec la réalité politique dans toutes les démocraties. En Suisse,il y a quelques semaines,  notre télévision semblait  se réjouir d’assister à une nuit de longs couteaux en Bellevue de luxe pour empêcher une exclue de l’UDC de s’en aller cueillir sa réélection alors qu’un candidat de son ancien parti disparaissait suite à curieux comportement frisant une captation d’héritage.

Bigitte Nyborg ( Sidse Babett Knudsen ) dans « Borgen » au maquillage, quelques minutes avant un passage en direct à l’antenne

Le temps d’arrêt pour contempler

Un point commun à « Borgen » et « Les hommes de l’ombre », déjà fortement présent dans les deux versions de « Killing » et dans « Protection rapprochée » : la première place donnée à des femmes fortes, directes, moins barboteuses dans les combines que ces messieurs. Les actrices et acteurs sont dans l’ensemble excellents : le réservoir danois semble immense. Le rythme du récit est sans moments d’ennui qui fait intervenir d’indispensables temps d’arrêt permettant quelques dizaines de secondes de contempler la vie privée et intime inscrites dans le mouvement du combat politique.

D’emblée ce « Borgen » apparaît comme une série de haut niveau. Détail : en quelques jours, mon dossier personnel fait de coupures de presse et de références à des sites a grossi à peu près aussi vite que s’il s’agissait d’un blockbuster américain ! Curieux, ce succès sur papier !

Deux versions de « Killing »

Mireille Enos en Sarah Linden dans la version américaine de « The Killing »

De ce « policier » danois, il existe deux versions, l’originale née au Danemark et considérée par une chaîne américaine comme suffisamment intéressante pour devenir presque immédiatement une (bonne)  « copie ». Il importe peu ici de rappeler un jugement de valeur personnel qui considère ces deux versions comme à peu près équivalentes formellement. Seattle remplace Copenhague. Sarah Lund devient Sarah Linden, J’ai une préférence personnelle pour l’actrice danoise.

Sofia Grabel en Sarah Lund dans la version danoise de « The killing »

L’enquête policière a le mérite de s’en aller voir dans plusieurs directions, les milieux de la politique dans la première saison, ceux de l’armée danoise – mais oui, elle existe – dans la deuxième. Cela change du petit milieu de policiers en commissariats que l’on ne quitte guère dans les séries françaises par exemple.

La première saison de « The KILLING » , signée Soren Sveistrup, a été présentée au Danemark en janvier 2007 et sur Arte en mai 2010. La deuxième est sortie au Danemark en 2009 et sur Arte en septembre 2011. La première saison de la version américaine a été présentée sur la TSR en octobre 2011. Une troisième saison est annoncée dans le pays d’origine en septembre 2012. La série se porte bien. Il est possible de présenter ici deux visages qui se ressemblent. Mais pourquoi la TSR n’a-t-elle pas présenté la version européenne doublée en français par Arte si comme beaucoup de ses cadres supérieurs le prétendent tout le monde parle d’ARTE sans jamais la regarder ?

Pourquoi ARTE accorde-t-elle une excellente heure de diffusion alors que la TSR, une fois de plus, propose une projection bien tardive d’une excellente série, comme si faisaient fuir le public du premier rideau.

Protection rapprochée

La première saison de cette autre série danoise est assurément moins séduisante que « Killing » ou « Borgen ». L’action y prend une grande place, mais la diversité des missions dévolues au PET ( Police d’Escorte Tactique) permet d’assister au fonctionnement de milieux politiques, militaires, terroristes et autres. ( Je suis si le PET existe vraiment sous cette forme ou une autre au Danemark – d’ailleurs, qu’en est-il de son existence en Suisse ?)

Cécilie Stenspil en Jasmina Ef-Murad dans « Protection rapprochée », série danoise

Voilà une série assurément plus intéressante que les anciens Navarro par exemple, à tout le moins apte à rivaliser avec « les Experts » puisqu’ aux actions s’ajoutent l’analyse des comportements personnels pas trop simplistes, par exemple en abordant la culpabilité après une bavure qui n’en était pas une.

Là aussi, une question : pourquoi diable cette excellente série a-t-elle été programmée par le TSR si tardivement, à se terminer parfois à près d’une heure du matin ?

Les incohérences de la programmation romande

Résumons : une fois de plus, les meilleures séries, celles qui rivalisent incontestablement avec le meilleur du cinéma d’auteur, américaines ou autres, pourquoi sont-elles si souvent programmées en fin de soirée, assez souvent affublées du logo rouge ou tout simplement rejetées ?

Pourquoi refuser de montrer les séries danoises comme « Killing » ou « Borgen » ou les présenter tardivement ( « Protection rapprochée » alors que l’on fait place à la version américaine ( même phénomène avec un autre apport scandinave, le suédois « Millénium » ) ?

Et une dernière : pourquoi la TSR dans le choix des sujets de ses séries n’ose-t-elle pas faire aborder des sujets politiques comme cela se passe au Danemark ?

Une amorce de réponse à cette dernière question peut être question. « Dix » et « Crom » valent assurément mieux que « T’es pas la seule » ou « Heidi ». La TSR progresse ; lentement. Et l’on risque bien de ne pas trouver des réponses à des questions peut-être gênantes….

PS : Criminal Minds remplace Blue Bloods

Ceci est une parenthèse qui n’a plus rien de danois mais qui pose une question de plus sur les mystères de la programmation des séries sur la TSR. Quelques semaines durant, une série policière américaine bien carrée et traditionnelle, « Blue Bloods » occupe le temps d’antenne du vendredi entre 21 et 23 heures. Le grand-père fut flic à New-York, le père est chef de la police qui doit se bagarrer avec le maire et d’autres politiciens ( excellent Tom Selleck à moustache ), dont trois des enfants sont dans la police ou la magistrature, un quatrième tué en service. Et puis, brusquement, voilà « Blue bloods » rélegué en ligue inférieure, celle qui occupe l’antenne dans les alentours de 23h00. Un affaire de part de marché ?

En lieu et place, le vendredi 10 février 2011, un « Criminals minds : suspect behavior » met en scène des enquêteurs du FBI et une rousse collaboratrice qui fait un travail extrêmement efficace sur son ordinateur qui sait tout de presque tout un chacun aux USA. Premier épisode: un tueur d’enfants. Deuxième épisode : un boucher saigne des corps de femmes les uns après les autres. On s’aperçoit que le tueur en série est une tueuse, possédée par un prisonnier tout puissant qui lui inspire les crimes que lui-même ne peut pas commettre. Ce deuxième épisode ressemble furieusement à un  « Dexter » qui exécute des criminels en série restés impunis. Une autre forme d’incohérence.

Un «Château» au Danemark : «Borgen » sur Arte (2)

Références et coïncidences.

Adam Price (voir à ce sujet le texte « Un château au Danemark » du 08.02.2012) reconnaît certaines influences comme celle de la série américaine «A la maison blanche», mais il se réfère aussi à «Mad men». Le hasard fait bien les choses : dans une des versions des «Borgia», le moyen d’acquérir certains votes indispensables ressemble aux arrangements entre partis qui doivent former ensemble un gouvernement de coalition. Voici donc sur Arte la politique au pays du Danemark juste après qu’une présidentielle française, largement évoquée dans «Les Hommes de l’ombre» ( derniers épisodes le mercredi 8 février sur France 2 ) ait connu un beau succès en parts de marché ; paraît-il ! Dans la série française, le premier ministre est tué lors d’un attentat. Dans « Borgen, le plus proche collaborateur du premier ministre meurt dans le lit de sa maîtresse qui n’est autre qu’une grande journaliste de la télévision qui venait d’interroger la future présidente. “Coïncidences” de la fiction entre séries, regards libres portés sur la politique, mais aussi reflet de l’air du temps. Dans les séries contemporaines mentionnées, un vrai respect de la valeur de la démocratie !

Personnages

Birgitte Nyborg, femme forte et autoritaire dans l’action politique, un peu fragile dans le cadre personnel et familial : le personnage principal de la série

Il n’est pas toujours facile d’entrer dans une série où l’on va côtoyer bon nombre de personnages durant dix heures, dans leur complexité, oscillant entre leur image envoyée au public par le spectacle de la politique à travers l’imagination des auteurs qui glisse vers de bribes de réalité. Pour faciliter ce premier contact, voici quelques clefs. Une première femme s’impose d’emblée, Birgitte, la secrétaire du parti centriste qui deviendra premier ministre. Elle travaille d’abord étroitement avec Gasper, son secrétaire et conseiller en communication qu’elle éloignera d’elle. Mais on entre aussi dans son univers familial : elle forme avec son mari un couple qui sait partager les tâches domestiques et familiales. Mais cet équilibre risque pourtant d’être mis en cause par la fonction qu’elle va occuper.

Katrine, blonde journalise, efficace et directe dans son comportement professionnel, fut l’amie de Gaspard. Elle a maintenant pour amant le plus proche collaborateur du premier ministre encore au pouvoir. Celui-ci doit supporter les caprices de sa femme acariâtre qui la conduira à commettre un geste lui valant des ennuis, un peu comme un président de Banque Nationale Suisse débordé par son épouse ! Autour de Birgitte, il y a ses proches du centre politique, Torben Friss, l’ancien ministre actuellement chef du parti centriste, ou Bent Sejra, le patron des travaillistes, etc

Katrine Fonsberg, la journaliste, sortie de l’ombre en cette image, mais inquiète : un deuxième personnage féminin très important

Le bénéfice de la durée

Première saison, dix heures, et deux fois dix heures pour les saisons suivantes. On est donc dans cet audiovisuel original porté haut par les séries télévisées qui relèvent d’une exigence créatrice portée par le cinéma qui retrouve en même temps la puissance séductrice et spectaculaire des sagas écrites par les feuilletonistes, par exemple comme Eugène Sue, Alexandre Dumas, Boris Pasternak, Honoré de Balzac, Dostoïevski et tant d’autres. On va passer constamment de l’intimité, familiale, amicale, professionnelle, sentimentale, amoureuse à la vie publique, celle qu’il faut maîtriser avec l’aide des conseillers en communication et les rédacteurs de discours, sans oublier les intrigants en coulisse. Les responsables de la fiction de certaines chaînes prennent conscience de leur pouvoir qui leur permet par la fiction de sembler être témoins et parfois organisateurs de ces plongées dans le monde de la politique. La perfection formelle du cinéma fait bon mariage avec la grande saga littéraire dans ces séries de haut de gamme.

Et la TSR dans tout cela ?

Il faudrait ci rappeler la belle réussite de la série “Dix” et lancer un bouquet varié de fleurs aux qualités de “Crom”. Ce sera pour une autre fois. Accorder tant de place à “Borgen” permet de partager avec le lecteur le plaisir pris à sa vision, mais c’est aussi se poser une question importante : pourquoi diable la TSR ne pourrait-elle pas être aussi ambitieuse que la télévision danoise ?

Un « Château » au Danemark : « Borgen » sur ARTE

Amis de séries de haut de gamme, réjouissons-nous. Voici, cinq jeudis durant, dès 20h35, deux fois une heure d’une fiction pointue, haut de gamme, le « Château » ainsi nommé une bâtisse où siège le gouvernement et le parlement.

Non, ce n’est pas sur la TSR, qui ne place généralement pas les meilleures séries en premier rideau. C’est sur ARTE, cette chaîne dont tout le monde parle et que personne ne regarde ! Non, ce n’est pas une série policière de plus : c’est une saga humaine, sociale, politique qui traite un sujet par heure, avec les mêmes personnages, sans suspens à la fin. Ce n’est pas de  l’américain produit par une chaîne à péage, c’est le résultat des efforts de la télévision d’un petit pays, le Danemark, à peine six millions d’habitants. Un danois sur quatre aura suivi, en moyenne, chaque épisode de la première saison qui vise haut sans concession. A se demander une première fois pourquoi pas nous ? Oui, mais la TSR s’adresse à deux millions de francophones dans un pays de sept millions avec trois diffuseurs chacun dans sa langue.

Sur papier et sur le web

Arte présente une version doublée en français. Son service de presse vient de mettre en ligne sur internet un remarquable dossier que google ou un autre vous offre d’un simple BORGEN – ARTE. La presse spécialisée française, le Monde radio tv par exemple, en aura fait bien meilleure présentation que les hebdos tv romands qui consacrent pourtant bonne et parfois intéressante place à la série. Vous qui emprunterez le web pourriez tomber sur Télérama et son développement illustré pour présenter « Borgen »,avec extraits, bandes de lancements et musique. Ces riches informations complètent  le texte paru dans le journal (NO 3238 du 01.02.2012 ) : du beau travail  sur deux supports !

Remarquable promotion d’Arte

Arte fait une excellente communication. Gasper, dans « Borgen » , est un personnage de fiction chargé de la communication pour son parti, avec efficacité lui aussi !

Première saison tournée en 2010, deuxième en cours de diffusion au Danemark, troisième au stade de l’écriture. Succès au FIPA à Biarritz, l’an passé, meilleure série, meilleure musique. La série a déjà été achetée dans une dizaine de pays en vue de sa diffusion :une série ambitieuse est parfois aussi chose vendable. Mieux : une chaîne américaine se propose d’en faire une adaptation en l’inscrivant dans l’univers politique des USA. Bref, cette amorce de succès international met l’eau à la bouche.

Sur le web, ARTE a mis en ligne les vingt-cinq premières minutes de la version française du premier épisode de la saison 1 : de quoi se faire une première idée. Les qualités racontées sur papier ou internet se trouvent déjà dans ce long extrait. Voilà qui permet de recommander la vision de « Borgen ».

Adam Price, le « showrunner »

On montre rarement la tête de l’écrivain qui joue les maîtres d’œuvre : voici celle du conducteur de spectacle, dit aussi « Showrunner, Adam Price » !

« Showunner » ? Le conducteur du spectacle, le maître de l’œuvre. Celui qui conçoit le tout, contribue à l’écriture, supervise l’ensemble du travail, entouré d’un petite équipe de trois scénaristes.  Adam Price raconte l’histoire d’une femme, Birgitte Nyborg, secrétaire d’un parti centriste, en campagne législative. La voici qui oublie en direct un discours préparé par son conseiller en communication pour lui préférer un langage de vérité, qui conduit à un changement de la politique de son parti trois jours avant le vote. D’emblée, la fiction s’inscrit dans le domaine de la politique.Dans une fiction, la priorité est donnée à l’imagination, qui peut parfois reposer sur des faits réels regroupés arbitrairement, donc sans les rendre conformes à la stricte réalité. Une fiction  reste plausible inspirée par le passé, le présent et pourquoi pas le futur. Exemple : Le premier épisode de « Borgen », « Une femme au pouvoir »,  a été diffusé en 2010, peut-être même tourné ou écrit en 2009. En septembre 2011, la sociale-démocrate Helle Thorning-Schmidt accédait au poste de Première Ministre au royaume du Danemark. Le« showrunner » se laisse inspirer par l’air du temps.

 

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Tags
Derniers commentaires
Catégories
Archives