GoT est vraiment un BB ( suite)

Se trouverait-il encore quelqu’un qui ne soit pas tombé dans la presse sur un texte relatif à Game of Thrones (GoT) ? Si oui, petit rappel du sens du titre de ce texte : Game of Thrones est vraiment un BlockBuster, un des premiers, peut-être même le premier à pouvoir rivaliser avec le cinéma. GoT est d’abord destiné au petit écran, mais il aura débordé ici et là sur le grand, événement plutôt rare, remplissant par exemple à Neuchâtel un lundi soir une grande salle de cinq cents places avec entrées gratuites. Il vaut donc la peine d’en faire même un peu trop. Aborder certains aspects de cette imposante série permet de comprendre un peu les mécanismes de son succès. Il faudra ensuite aussi  formuler quelques remarques personnelles sur ses qualités. Restons ici encore sur la quantité:

+Huit saisons, soixante-six épisodes d’une durée moyenne peut-être un peu supérieure à cinquante minutes par épisodes, au moins 3.300 minutes donc environ 55 heures de projection

Une image de 2013

+ cinq familles inscrites dans l’ensemble des « nombreuses », les Baratheon, Stark, Targaryan, Lannister, Greyjoy

+ sept royaumes que d’aucuns voudraient placer sous l’autorité d’un seul trône unificateur, avec les affrontements pour y parvenir

+ près de deux cents personnages tués, sans compter les anonymes qui tombent lors de multiples combats

+ beaucoup de femmes parfois violées et de nombreux coïts, certains doublement consentis

Quand se déroule cette « saga » ? Dans un passé lointain, dans le futur, de nos jours ? A coup sûr dans le monde imaginaire du Continent de  Westeros, Royaume des Sept Royaumes gouverné par un roi assis sur le « Trône de Fer » dans la capitale de Port-Réal.

Difficile de voir dans ce spectacle tonitruant une contribution à l’Histoire, même si c’est une histoire bien contée, qui demande pour être comprise d’être suivie régulièrement, qualité que devrait du reste remplir n’importe qu’elle série dont une des raisons d’éventuel succès réside dans la fidélisation du public. Nombreux sont les commentateurs de cette série. Certains choisissent l’angle médiéval, sans trop se demander si des dragons lanceurs de feu existaient ….

Daenerys et un dragon, pas toujours facile à maîtriser ( Saison ancienne, mais laquelle?)

Tout élément qui compose un blockbuster passe forcément par l’accumulation. L’excès fait partie de l’exercice.

L’accumulation de mots

« Le Temps », dans son édition du 11 avril, a consacré cinq pages pleines à cette série, conduisant à un temps de lecture qui tourne autour de la demi-heure, durée de la moitié d’un épisode de la série. C’est le même journal dont le collaborateur excellent spécialiste des séries, Nicolas Dufour, s’est demandé si la presse écrite, entre autres, n’en faisait tout de même pas un peu trop. Question d’autant plus pertinente que « Le Temps » est assurément un organe de presse qui aura été généreux dans les commentaires, y compris avec un nouveau texte qui lui est consacré au matin de ce jeudi 2 mai 2019. Et le dossier « papier » personnel que je constitue demande un temps de lecture qui pourrait bien s’approcher des deux heures.

Les soeurs Stark ( de face Sophie Turner – photo HBO)

Huit saisons, près de deux cents morts importants sans compter donc les anonymes.  Dans un résumé des épisodes, « Le Temps » passe en revue certains de ces meurtres en évoquant leur nature.  Il est alors intéressant d’énumérer une partie d’entre eux : on passera donc par la décapitation, le culbute dans le vide, l’exécution après kidnapping, la lapidation, l’explosion, l’exécution par le feu, le meurtre effectué par un dragon, l’assassinat sordide en coin de rue, etc.. il y en a bien d’autres encore. L’excès est bien présent.

Dans cet ensemble de textes n’est pas apparue l’accumulation des viols et des scènes d’amour où le plaisir est parfois partagé.Ces dernières sont-elles aussi nombreuses que les viols ? Peut-être. Il se pourrait que la visibilité dans la description sexuelle explique la présence sur la RTS logo rouge. Notons en passant que les trois premiers épisodes de la saison 8 sont traitées dans des couleurs où dominent les noirs, les blancs et plus encore les nuances de gris. Le rouge « pétant » du logo avertisseur de la RTS sait se faire esthétiquement désagréable à regarder….

( à suivre, et oui, encore !)

Laisser un commentaire

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives