Aux armes, « citoyens »

A la tête de la « SSR SRG Idée suisse » depuis quinze ans, Armin Walpen s’en va le 31 décembre 2010. Le haut-valaisan, technocrate solide, aura marqué la SSR par son sens de l’organisation et du se battre à cause de finances insuffisantes.

Roger de Weck - Photo: SRG SSR

Son successeur, Roger de Weck, aura été d’une grande discrétion ces derniers mois, n’intervenant presque pas face à l’opinion publique. Il aura pu observer de l’intérieur le mammouth sous toutes ses faces, apprendre à connaître ses proches collaborateurs, participer au choix de certains d’entre eux, suivre les premiers changements de structures imposés par la convergence entre télévision, radio, portable et internet.

Une de ses déclarations faites lors de sa nomination mérite d’être rappelée. Sous sa direction, dans le domaine de l’information d’abord, une meilleure place sera donnée au citoyen et une plus discrète au consommateur. C’est affirmer la volonté de prendre le risque de privilégier la qualité d’un dialogue plutôt que le spectacle de disputes verbales qui s’adressent au consommateur, quitte à y perdre parfois de petites parts de marché. Mais existe-t-il des moyens de « mesurer » la qualité ? (Voir à ce sujet le site sur le Symposium sur la Qualité à la SSR)

Deux émissions de débat dominent tant à Zürich qu’à Genève, faute de suivre ce qui se passe au Tessin. On en est venu à dire des invités de l’émission souvent patoisante de Zürich qu’ils doivent être « Arena compatibles ». Tout est bien alors quand le ton monte ! Mais peut-être renoncera-t-on en partie aux armes verbales de destruction massive au profit d’un dialogue qui enrichit les informations du citoyen.

Il semble bien que l’on se soit interrogé en Suisse romande aussi sur l’esprit qui devrait régner à « Infrarouge », du moins lors des émissions qui sont inscrites vers 22h30. Des changements sont annoncés, sans que l’on sache lesquels. Certes, on sait déjà qu’il y aura un nouveau décor. Mais le décor ne suffit pas pour empêcher les prises de bec, les répétitions au cours de débat, les mêmes invités d’une émission à l’autre. Sera-ce moins de Freysinger ? Esther Mamarbachi, ( le 12 janvier vers 22h00) trouvera espérons-le un ton nouveau pour diriger le débat qui s’ouvrira à partir d’une mini-série de très grande classe, les quatre films de « Romans d’ados » de Béatrice Bakhti ( les mercredis 22 et 29 décembre, 5 et 12 janvier 2011 en premier rideau).

Les commentaires sont fermés.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives