Get Adobe Flash player

Le meilleur pour la fin

Est-il vraiment intéressant de regarder des concurrents qui répondent avec plus ou moins de brio à des questions hautement spécialisées en gagnant des sommes d’argent plus ou moins grandes ? Je peine à y trouver quelque intérêt. On croit ainsi assister au tirage d’une loterie qui annonce une suite de numéros gagnants avec « félicitations » aux gagnants. Comme si gagner à la loterie dépendait de connaissances personnelles !

Tout jeu, par contre, peut devenir intéressant s’il existe des ouvertures plus ou moins grandes qui permettent au téléspectateur de jouer chez lui, d’ « affronter » les concurrents, certes, mais surtout de faire le point sur ses connaissances dans certains domaines. Et il n’est pas désagréable d’apprendre en passant certaines choses même inutiles ou futiles.

Le jeu actuel de la RTS, « Le meilleur pour le fin », est à l’antenne le samedi soir. Ce n’est pas le soir de la semaine où la RTS fait des efforts culturels ou informatifs de haute volée. Hier, on chantait« le samedi soir après l’turbin, l’ouvrier parisien » quand la semaine comptait encore six jours de travail.

Mélanie Freymond, l’animatrice

A l’actif du jeu, une suite de propositions qui permet de choisir un domaine dans lequel chaque concurrent se sent le plus à l’aise, qui permet donc de fournir un lot acceptable de réponses justes. Une assez bonne alternance existe entre les épreuves qui demandent une réponse rapide et courte et celles qui laissent du temps pour opérer des choix. Lors d’une partie qui consiste à trouver un lien entre un mot a et un b puis b et c et ainsi de suite, il peut arriver que deux solutions différentes soient plausibles. Pas le temps d’examiner la situation !!

Les gains peuvent aller de la centaine de francs à deux mille par épreuve, avec brusquement une seule question qui peut rapporter cinq mille francs, laquelle n’a pourtant rien de bien différent des autres. Ceci introduit un côté loterie, par le hasard tiré le bon numéro. Une autre hase du jeu implique qu’une seule erreur supprimer un zéro à la somme acquise : on a vu ainsi passer d’un gain de vingt mille pour une série de bonnes réponses en quelques secondes à deux mille francs. Quel intérêt dans cette chute ? Observer le visage du perdant ? On peut se demander si les organisateurs du jeu n’ont pas en eux un fond de sadisme spectaculaire, comme l’accident de voiture d’une course en circuit.

Des milliers de francs sont peuvent être en jeu chaque samedi. Mais qui paie, la télévision, un ou des sponsors ? Si c’est la télévision on est en droit de se demander si, ainsi, l’argent est bien mis au service de programme.

Face aux cinq joueurs qui s’en vont éliminés les uns après les autres derrière une fausse porte d’ascenseur qui se referme, il y a une animatrice qui doit intervenir assez souvent pour que le jeu s’inscrive dans la case de 45 minutes de ce précieux temps de premier rideau qui doit obtenir la part de marché la plus grande possible. On ne peut pas dire que ces interventions soient inventives. Elles consistent bien souvent à enfoncer une porte ( d’ascenseur) déjà ouverte. Pas très sexy, l’animation, et tout de même un peu « kitsch », le décor. Le jeu ? Vaguement intéressant par son côté interactif assez peu spectaculaire.

2 réponses à to “Le meilleur pour la fin”

  • ¨Jaccaud Claire-Lise:

    En regardant d’un oeil les différents »épisodes » du jeu Le Meilleur pour la fin, j’ai espéré très fort que ce jeu disparaisse…tant par les commentaires navrants des deux « animateurs » que par les critères de choix des règles du jeu.
    Entièrement d’accord avec le commentaire de M. Landry… les questions qui permettent soudainement d’emporter 5000.- n’ont aucune raison d’être et enlèvent aussi pas mal de suspens par rapport à l’élimination des candidats
    Dans La dernière épreuve notamment, les « bonnes réponses attendues » sont trop subjectives… les finalistes sont trop fortement pénalisés… ce qui fait que le jeu n’en vaut pas la chandelle… participer à 45 minutes d’émission, réussir à répondre à passablement de questions et repartir avec 250 francs (en moyenne) c’est navrant!
    Je le disais, je souhaitais la disparition de ce jeu… et j’ai entendu qu’il sera repris en septembre… j’espère que son concept sera amélioré et surtout que les commentaires seront un peu plus subtils!
    HEUREUSEMENT, on se régale chaque soir avec le jeu C’est ma question et le brillant et sympathique Jonas Schneiter…

    • Un « bon » jeu doit ou devrait permettre au téléspectateur d’y participer chez lui « gratuitement », pour le plaisir de vérifier certaines de ses connaissances.

      Avec « Le meilleur pour la fin », la TSR a choisi d’offrir de temps en temps des sommes oscillant entre deux cents et cinq mille francs par réponse. De plus, supprimer un « zéro » à un total qui dépasse parfois des dix mille francs est une sévère sanction. Il y a une once de sadisme dans ce qi tient alors un peu du hasard d’une « loterie ».

      Et qui est donc le « sponsor » qui finance ces gains ? Si c’est la RTS, elle agit en prudente gestionnaire en évitant que certains concurrents repartent avec un gain à cinq chiffres….

      A une ou deux reprises, il m’y aussi semblé que les chaînes de notions, A associée à B puis B à C pouvaient avoir parfois deux solutions plausibles. Mais je n’ai pas fait de vérification après l’émission.

      Si en effet, le jeu se poursuit à l’automne, il mériterait d’être « amélioré ».

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Tags
Derniers commentaires
Catégories
Archives