Dans les décors

La télévision fait assez bien la promotion de ses programmes et sait insister sur ses nouveautés. Des semaines récentes durant, on pouvait s’attendre à des changements annoncés tant aux « Téléjournaux » qu’à « Infrarouge ». Qu’allait-il se passer ? La forme serait touchée, le décor, ou le fond, l’esprit du débat?

Des décors nouveaux plutôt réussis ? Lire ci-dessous, pour le “Téléjournal” et “Infrarouge” Mais il y a plus important : une série nouvelle, “T’es pas la seule”, qui promet. Bien meilleure qu’ “Heidi”! En particulier par la qualité des interprètes, à gauche Natacha Koutchoumov (Vanina ) puis Isabelle Caillat (Eve): ce sont là deux des meilleures jeunes actrices de suisse romande. ( Photo TSR/Rita) Le TSR fait un effort pour la diffusion d’un de ses programmes les plus ambitieux de l’année : sur TSR 1, le vendredi à 20h10 pendant neuf semaines encore et sur TSR 2, le vendredi vers minuit, le dimanche à 20h00 et le mardi à 16:30.

Téléjournal

Un « TJ » reste dans les mains d’un duo ou d’une personne seule qui en assure la présentation, parfois rejoint par de rares invités. Cela fonctionne peut-être plus autour des mots que des images. La TSR vient de revoir son décor, qui reste dans l’esprit du précédent dominé par le rouge. La mappemonde se contorsionne avec plus d’élégance qu’auparavant pour rejoindre fidèlement les cartes des géographies continentales. Il y a là beaucoup de travail fort bien fait. Mais peut-on bousculer l’esprit d’une émission suivie par des dizaines de milliers de consommateurs ? Certes, oui, mais avec prudence. On innove le vendredi soir en ouvrant l’antenne à des cinéastes qui ajoutent leurs mots à des exercices libres de montage parfois impertinents. On donne de la place à « Nuovo » que l’on invite à suivre sur internet et on oublie discrètement de saluer les apports des bureaux cantonaux.

Infrarouge

Le rouge reste mis, assurément, mais sur des surfaces moins agressives qu’hier. Des voûtes élégantes de couleur blanche tissent des liens d’un point à l’autre, dans une volonté visuellement pacifique. Au milieu du décor, il y avait un ring sur lequel l’animatrice arbitrait pas toujours avec bonheur le combat de catch verbal entre deux adversaires. Assez loin, placés dans le public pas très nombreux, quelques privilégiés avaient le droit sinon le devoir d’intervenir une ou deux fois dans le débat. L’impertinence pas politiquement correcte de Mix & Remix reste à saluer comme un défi.

Maintenant, l’animatrice préside une assemblée d’une demi-douzaine de personnes, trois à sa droite, trois à sa gauche. La proximité pourrait bien rendre plus désagréable les prises de bec si fréquentes hier, du genre « laissez-moi parler, moi je.. ». Il se pourrait aussi, par le choix des sujets, que les émissions à confrontations fortes deviennent moins nombreuses, que le citoyen, plus souvent, remplace le consommateur. On peut donc croire au progrès, décor utile mais secondaire. Et rejoindre plus souvent “Infrarouge”

Les commentaires sont fermés.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives