Get Adobe Flash player

Les « Dix Meilleurs » de 2017, en fiction

 ( Temps de lecture : un peu plus que deux minutes )

 Parmi les créations audiovisuelles, en fiction, y a-t-il une raison de ne pas prendre en compte, en plus des films qui passent prioritairement sur de grands écrans, le meilleur de ce qu’offrent les multiples chaînes de télévision, en particulier ces grands élans romanesques que sont souvent certaines séries récurrentes, lesquelles tiennent de roman de plusieurs centaines de pages alors que le film traditionnel ressemble plutôt à une nouvelle ne dépassant pas la centaine, selon un critère assez sommaire : une page écrite est équivalente à une minute de film?

Une échelle

Avec une échelle allant de 0 ( nul, mais la nullité absolue n’existe pas, sauf fondée sur une colère irrationnelle ) à 10 ( chef d’œuvre, que je continue de réserver à « Citizen Kane » d’Orson Welles, « Ivan la terrible » de S.M.Eisenstein, «  « Hiroshima mon amour » d’Alain Resnais) en passant par le bas de gamme ( de 1 à 3 ), le milieu ( 4 à 6 ) et le haut ( 7 à 9), cela donne pour mes visionnements de 2017, appuyés par la publication d’un texte au moins, version « papier » ou « internet »:

Robin Griffin ( Elisabeth Moss) et sa collègue Miranda (Gwendoline Christie), pas seulement de tailles différentes (Potho Arte), dans « Top of the lake »

9-10 : «Top of the lake » – Jane Campion, deux saisons – Australie

9       : « Un village français » – Frédéric Krivine, auteur principal, sept saisons- France

Les figurants « saluent » la série au début du septième épisode ( Photo France 3)

9      : « Twin Peaks » – David Lynch, trois saisons – USA (Canada)

9      :   « Visages, villages », Agnés Varda et JR- France

9      :   « La villa » – Robert Guédiguian – France

Comme un décor de théâtre : « La villa » de Robert Guédiguian ( PHoto Agora – Genève)

8-9  : « Paterson » -Jim Jarmusch – USA

8      : « Lumière, l’aventure commence » – Thierry Fermaux – France

8      : « L’autre côté de l’espoir « -Aki Kaurismaki – Finlande

7-8   : « 120 battements par minute » – Robin Campillo – France

7       : « La, la, land » – Damien Chazelle – USA

Légère culpabilité

En tête donc, trois séries récurrentes, certes avec deux noms de grands du cinéma, la néo-zélandaise Jane Campion et l’américain David Lynch. Pourquoi pas ? Depuis fort longtemps, je tiens la série récurrente comme le plus riche apport à la création audio-visuelle contemporaine, tous supports de création et de diffusions confondus. Donc plus de différence entre cinéma et télévision. Peut-être avec un léger sentiment de culpabilité, comme celui d’avoir trahi une initiale passion exclusive fort ancienne, celle pour le « cinéma-d’auteur » des années 60 du siècle précédent.

Déculpabilisé

 Certains festivals de cinéma, comme Cannes par exemple, ont su faire place à la série de création, récemment avec « P’tit Quinquin » de Bruno Dumont ou « Top of the lake » saison 2 de Jane Campion et « Twin peaks » de Lynch. Dans le jeu des « Dix meilleurs films » de 2017,  certains critiques de cinéma du journal « Le Monde » font apparaître en bonne place « Twin Peaks ». « So  film », de récente apparition, consacre un « hors-série » à de nombreuses séries. Et il y a « pire » : Les « Cahiers du cinéma » qui règnent presque incontournables sur la cinéphilie du cinéma d’auteur depuis les années cinquante du siècle dernier, parallèlement à « Positif », revue tout aussi exigeante, viennent de consacrer la couverture de leur 739ème numéro ( décembre 2017) à David Lynch, immense créateur s’il en fut, certes, mais dont ils classent en tête des dix meilleurs « films » de l’année la troisième saison de « Twin peaks », juste devant le « Jeannette » de Bruno Dumont, « film-de-cinéma » qui n’aura connu de carrière, pour le moment, que sur le petit écran.

L’affiche d’un film qui peine à trouver son public

Le clan des « sériophiles » prend enfin de l’ampleur

Laisser un commentaire

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Tags
Derniers commentaires
Catégories
Archives