Un sondage rigoureusement exclusif en réponse à de bonnes questions récurrentes

Dans le MEDIATIC no 158, numéro spécial consacré au « 30 ans des SRT ». en page 9, Gilles Marchand, directeur de la RTS, soulève de bonnes questions récurrentes. Suite à un sondage assez peu scientifique, dont il est certain qu’il n’est aucunement représentatif du public, contrairement à toutes les interventions des anonymes que l’on trouve sur tous les forums d’émissions de la RTS, sur les sites RSR et TSR, qui elles doivent être représentatives par leur publication régulière, voici les réponses de l’échantillon composé d’un seul élément, un certain Monsieur Moi-Même.

Y a-t-il assez de culture à la télévision ? Non !

Certains rendez-vous d’information ne sont-ils pas trop hachés et superficiels à la radio ? N’étant ni avocat genevois, ni représentant de l’UDC, qui ont réponse à tout dans bon nombre d’émissions, ma réponse est « Je ne sais pas » !

Le débat politique n’est-il pas trop réducteur, polarisé à la TV ? Si « débat » sous-entend « Infrarouge », oui, surtout s’il est envahi d’avocats genevois et de représentants de l’UDC.

La radio et la télévision ne sont-elles pas trop lémano-centristes ? Peut-être ben que oui, peut-être ben que non ! N’aurait-on pas du écrire rhodano-centriste en pensant aux plus hauts cadres de le RTS, masculins dans la cinquantaine ? Heureusement, l’arc jurassien quand on l’étend jusqu’à Fribourg est sur-représenté lors du « Dîner à la ferme » ( quatre sur sept, un scandale !).

Arc jurassien et Fribourg, 4 représentants sur 7, donc le 57,1428571428 % Population des mêmes comparée à celle de l’ensemble de la Suisse romande : 32 % Un bel exemple de sous-repésentation rhodano-lémanique

A quoi servent les fictions américaines à la TV, qui de plus sont trop violentes ? A remplir de multiples cases des programmes pour un prix de revient peu élevé. Heureusement, les émissions trop violentes, qui se caractérisent par la présence du logo rouge qui flétrit plus le sexe plaisir que la violence du monde qui se reflète dans les téléjournaux, sont programmées très tardivement, parfois par tranches de trois épisodes. Ce sont en général des séries américaines pointues qui retrouvent la saveur du temps qui passe, attisent les conflits entre le noir et le blanc sans tomber dans la grisaille et assurément participent à l’enrichissement du langage audiovisuel contemporain. Plus l’émission est tardive et plus il y a de chances qu’elle soit de grande qualité.

Entretien avec le quérulent « Monsieur Moi-Même » retranscrit le mercredi 8 septembre 2010 après « Infrarouge » par Fyly.

Les commentaires sont fermés.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives