Madame la Secrétaire d’Etat

Le titre est clair en français. Il est plus court en anglais, «Madam Secretary», mais moins clair. Cette série de trois saisons et près de soixante épisodes est produite par CBS, une des grandes chaînes commerciales américaines. Elle est écrite sous la direction de Barbara Hall, paraît-il fort connue à Hollywood: repéré dans sa filmographie sa participation à l’écriture de «Homeland», saison 3.

Vu le jeudi 8 décembre sur RTS 1 les trois premiers épisodes, de 20h15 à 23h45, avec entr’actes publicitaires et saluts répétés aux sponsors. Intéressants et intéressé, mais sans plus. Première impression d’alors: on se trouve dans le haut du milieu de gamme (dans un système allant du «bas-du-bas» au «haut-du-haut», le haut du milieu étant ainsi au sixième étage.

Une structure habile

Elizabeth Faulkner McCord ( Téa Leoni)

Elizabeth Faulkner McCord ( Téa Leoni)

 Bien entendu, il s’agit d’une pure fiction, avec des personnages aux noms inventés, qui ne cherchent même pas à faire ressembler à un quelconque «modèle». La Secrétaire d’Etat américaine, donc la ministre des Affaires Etrangères, est naturellement amenée à avoir des contacts avec des délégations étrangères qui se trouvent aux USA, éventuellement pour une session de l’ONU et à entreprendre de multiples voyages à l’étranger. Dans les onze premiers épisodes, on se rend ou rencontre des diplomates de nombreux pays: Syrie, Yemen, Pakistan, Chine et Japon, Iran, Afrique Occidentale, Inde, Irak, Venézuéla: presque un par épisode! Ensuite, on va passer par la Turquie, le Mexique, le Brésil d’Amazonie, la Bolivie, la Grèce, la Russie (sans les probables oublis de résumés survolés). On comprend comment il sera possible de tourner plus de soixante épisodes. Que voilà un sujet habilement choisi pour permettre de tenir la longueur et de faire du «tourisme» international.

Après la mort qui ne se révélera pas accidentelle de Marsch, le président Conrad Dalton, que l’on ne voit guère, nomme une nouvelle secrétaire d’Etat, Elisabeth Faulkner McCord (Téa Leoni), ancienne de la CIA qui enseignait à l’Université comme son mari qui continue de le faire. Elle n’appartient donc pas au sérail politique et dispose ainsi d’une belle indépendance. «Madam Secretary» met en place le milieu familial d’Elisabeth, trois grands enfants adolescents, l’entourage de la Secrétaire, avec ceux de la nouvelle équipe qui vont affronter les anciens, l’enquête sur la mort de Marsch, la vie quotidienne des uns et des autres inscrite dans les événements de la politique du pays, les intrigues tous azimuts, les surveillances réciproques, les alliances d’un jour défaites le lendemain, et ainsi de suite. On ne peut dès lors que s’incliner devant la multiplicité des situations rendues possibles par le choix du milieu dans lequel évoluent une bonne dizaine de personnages importants. On y trouve bien sûr, personnage central, celle qui donne le titre à la série, mais elle n’est pas constamment présente.

Elizabeth (Téa Leoni ) et Henry McCord(Tim Daly) avec Michael Boatman , Directeur du FBI (Keith Doherty (Photo RTS)

Elizabeth (Téa Leoni ) et Henry McCord(Tim Daly) avec Michael Boatman , Directeur du FBI (Keith Doherty (Photo RTS)

Le scénario de «Madam Secretary» est porteur de multiples promesses d’actions et de confrontations bien menées, sans temps morts. Mais se produisent assez souvent des événements trop prévisibles. Il manque à la mise en scène des moments de gravité, d’émotion dans la délicatesse, de vraies surprises, des gestes inattendus. Tout ce qui était dans le «Borgen» venu du Danemark. Peut-être la différence de ton entre le service public généraliste d’un petit pays et une chaîne commerciale d’un géant de ce monde.

Elisabeth McCord (Téa Leoni) et sa fille aînée, *Stevie" (Wallis Currie-Wood)

Elisabeth McCord (Téa Leoni) et sa fille aînée, Stevie (Wallis Currie-Wood)

Cruels choix du jeudi soir!

Pour qui s’intéresse aux séries, le jeudi, c’est cruel: trois épisodes le jeudi 8 décembre 2016 avec «Madam Secretary» sur RTS1, trois de «Profilage» sur TF 1, cinq «Murder» sur M6 (de 21h00 à 01h15), trois de «Cannabis» sur Arte. Idem les jeudis 15: «Léo Mattei» remplace «Profilage» sur TF1. Le 22, M6 fait une pause informative, Arte passe à «L’héritage empoisonné». Le 29, RTS 2 propose cinq épisodes de «Outlander» (de 22h30 à 03h20!!), France 3 ouvre «The Collection» ( «The», c’est plus attirant que «La» !!). Et le 5 janvier 2017, cela continue sur «RTS1», RTS2 ( avec cinq épisodes en reprise de «The Knick» – de 22h00 à 02h10 ), «Section de recherches» en trio sur TF1, M6 en pause.

On devrait parler plus souvent des programmatrices et programmateurs, dont on ne parle pas assez souvent, qui imposent le tir en rafale, trois épisodes (au moins) l’un après l’autre. C’est une absurdité par rapport à l’esprit même de la série récurrente qui devrait, comme sur le continent américain, jouer sur l’impatience de suivre le récit d’une semaine à l’autre, épisode par épisode. La RTS s’aligne sur ses voisins, les chaînes généralistes françaises, en s’efforçant de les précéder, ne serait-ce que de quelques jours. Il est dès lors impossible de respecter le principe même de la série récurrente: le «un-par-un»!

Le «sériophile» doit choisir? Pour tout voir, il doit être retraité survolté et surmené, pour supporter les «trois-par-trois». Il peut revenir à l’unité en profitant de la mise en ligne sur internet ou enregistrer la série. Pour ma part, je suis de plus en plus lassé par les enquêtes policières, les enlèvements, les agressions, les meurtres. Préférence, en alternance, pour «Madam Secretary» (politique) et «The collection», (la mode avant les années cinquante), faute de trouver actuellement du haut de gamme actuellement. Il doit bien y bien «The Young Pope»: mais où?

 

Une réponse à to “Madame la Secrétaire d’Etat”

  • Pachoud:

    Madam Secretary:
    Enfin une belle série qui véhicule des valeurs humaines!
    J’espère que nous aurons la chance de voir les saisons 2 et 3!
    Moi qui boude la RTS et ses continuelles reprises, j’ai trouvé de quoi me réconcilier,au moins le jeudi soir, avec la chaîne pour laquelle nous payons des redevances!

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives