L’indispensable plaisir

(Temps de lecture, 3 à 4 minutes. Autre solution, survol rapide des intertitres, regard sur les images et leurs légendes)

 Quatre mois, pratiquement, sans saluer ni documents, ni séries, c’est grave! C’est presque du masochiste que d’aborder des sujets qui, au lieu de donner du plaisir, conduisent à s’énerver sur la notion de débat et l’impuissance «Infrarouge» d’atteindre une bonne moyenne francophone, à s’embarrasser de ces sports rassembleurs qui se comptent aussi en dizaines sinon centaines d’heures parfois 22 sur 24 pendant quinze jours.

Sidse Babett Knudsen est Theresa Cullen.( Photo RTS / HBO)

Sidse Babett Knudsen est Theresa Cullen : de « Borgen » à une « puissante » série américaine, « Westworld » ( Photo HBO)

Les « C… » de France 5

Alors, il est temps d’y revenir, à cette notion précieuse et indispensable de plaisir pris à suivre certains programmes. La grande famille des «C…» de France 5 ne souffre pas du départ d’Yves Calvi. Elle s’est enrichie par des rendez-vous du samedi et du dimanche. Certes, on y parle beaucoup trop souvent de la prochaine présidentielle précédée des prochaines primaires.

Arte et l’outre-Rhin

Des passages fréquents sur ARTE permettent de voir d’intéressantes séries européennes à des heures de grande écoute, de nombreuses fictions allemandes rarement enthousiasmantes et de tout aussi nombreux documents souvent intéressants. Cela permet paradoxalement d’en savoir davantage sur la télévision allemande et l’Allemagne que par la RTS pas très titillée par la collaboration avec de DRS et la RSI, sur la Suisse alémanique et le Tessin.

Hors-champ

Les préoccupations sur les débats aux chambres avec l’éventuelle discussion sur la concession ou le prochain «No billag» s’installent hors antenne! L’Etat-Major entraîne ses troupes au combat: Massimo Lorenzi célèbre la présence de tous les sports sur «ses» antennes.

Hillary Clinton, la femme à abattre (PHOTO RTS)

Hillary Clinton, la femme à abattre (PHOTO RTS)

Riches soirées thématiques

De multiples incursions dans le domaine de la documentation apportent de réelles satisfactions, ces dimanches soirs sur RTS 2, soirées thématiques qui ressemblent à celles d’Arte du mardi, avec, très proche, «Hillary Clinton, la femme à abattre» suivie du splendide «Les années Obama» ( dimanche 2 octobre), apparu en rafale sur Arte (mardi 4, de 20h55 à 00h45), absurde choix de programmation, mais pratiqué trop souvent un peu partout. Remarquable soirée aussi, que celle du dimanche 25 septembre 2016, toujours sur RTS2, avec l’analyse du chemin qui alla d’argent en or et retour mis en scène par «La Suisse, coffre-fort d’Hitler» (si tant est que des banques suisses soient vraiment à elles seules la Suisse!), avec un volet associé consacré au retour à la vie des «Déportées de Ravensbrück». Et puis, chez nos voisins, un excellent portrait, «Alain Juppé, le ressuscité», d’Yoann Gillet, avec un Franz-Olivier Giesbert en pleine forme. Précieux, d’entendre FOG sur France 5,  avant la diffusion du document, remarquable préparation à savourer une émission (France 3- 3 octobre ).

Une série dociumentée aussi passionnante que "A la maison blanche", autrement (photo RTS ou ARTE)

« Les années Obama », une série documentée de quatre épisodes, aussi passionnante qu’ « A la maison blanche », mais autrement (photo  ARTE)

Westworld, un par un

Et puis, il y a ce retour dans l’univers des séries, du reste pas une semaine abandonné, sauf qu’il n’a pas rejoint le blog. Ce retour vaudra un très prochain arrêt attentif, à propos d’une nouvelle expérience qui tend désormais à la tradition heureuse, la présentation vingt-quatre heures après la sortie américaine de «Westworld» ( HBO), en version originale sous-titrée en français, épisode par épisode: impossible d’en regrouper au moins deux! Un défaut toutefois véniel: la présentation tardive, à 22h45 (RTS 1-lundis soirs). Le jour viendra où les responsables romands de la programmation, mais pas eux seulement, qui ne sont pas des faiseurs de programmes, devront tout de même se poser des questions sur leur travail qui consiste trop souvent à cacher à des heures de faible écoute des fictions récurrentes de haut de gamme.

L'arrivée d'un train en gare du parc (Photo HBO)

L’arrivée d’un train en gare du parc (Photo HBO)

Très prometteur, ce nouveau «Westworld» de HBO, qui est, parmi les série récurrentes, avec «Games of thrones» l’équivalent du blockbuster cinématographique, tout en osant la complexité. Il s’adresse à des abonnés dans le pays d’origine, les USA, qui ont payé d’avance, sans qu’il soit nécessaire de courir le risque de prélever trop peu de dollars à l’entrée des salles. Seul instrument de « mesure »: la part de marché! A chacun sa « caisse » …

Les commentaires sont fermés.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives