« X-files », « Anomalia » : fin(s) de saison

X-files : c’était mieux hier ?

Souvenirs agréables, assurément. Il serait peut-être intéressant de retrouver ce que je pouvais bien en écrire il y a plus de quinze ans, entre 1993 et 2002, sur l’un ou l’autre des 202 épisodes de 43 minutes de la série de Chris Carter. «Aux frontières du réel» a été diffusé intégralement sur RTS 1 ou RTS 2. Encore faudrait-il avoir un peu d’ordre dans mes dossiers.

Parmi les récits unitaires (un sujet par épisode), il y a ceux qui peuvent être vus réellement pour eux-mêmes, le ou les personnages principaux n’évoluant guère de l’un à l’autre :  exemples du genre, «Navarro» ou «Les experts» d’où qu’ils proviennent. Il en est d’autres dont le ou les personnages récurrents ont le mérite d’être suffisamment attachants pour provoquer le plaisir de les revoir. Cela se passait avec «Dr House». Et évidemment avec «X-files»!

Quel « étrange » couple que celui formé par Fox Mulder (David Duchovny) et Dana Scully (Gillian Anderson). Attirés l’un par l’autre, ils campent sur leur position: Mulder-Duchovny croit que les frontières du réel sont dépassées alors que Scullly-Anderson tente de rester le plus possible dans ce réel qu’il s’agit d’expliquer et de comprendre. Ils auront peut-être vécu en couple, sait-on jamais, entre 2002 et 2016, au moment où Carter vient de les ressusciter.

Fox Mulder (David Duchovny) et Dana Scully (Gillian Anderson) reprendront du service. [ - 20th Century Fox / The Kobal Collection] (Photo rts)

Fox Mulder (David Duchovny) et Dana Scully (Gillian Anderson) ont repris  du service. (Photo Fox-RTS)

Mélange de réel et de fantastique! Mais le second s’inscrit parfois en images très concrètes dans le premier. «X-files» se nourrit de l’imagination de Carter et de son équipe avec une certaine tendance à ne pas complètement s’inscrire dans l’invention pure. Car il y a peut-être un sous-entendu: et si derrière tout cela, il n’y avait pas le gouvernement américain qui tente de maintenir son emprise mondiale?

Et au soir du vendredi 4 mars 2016, c’en sera terminé de ce retour. C’eût été mieux durant six semaines, les épisodes un par un, plutôt que trois, en duos, pour faire croire qu’il s’agit du long-métrage avec entracte!

Les souvenirs du passé son flous. Et puis, entre les deux époques, il y aura eu, pour Duchovny, son personnage de «Californication» qui a transformé une série «unitaire» – la conquête du jour! – en une récurrente de groupe, Hank, Karin, Moody, Charlie et Marcy, Hank toujours amoureux de Karin et réciproquement.

Plaisir pourtant réel à suivre cette dixième saison. Mais sans effacer un brin de déception. Peut-être bien du fait que les plans où Duchovny et Anderson sont vraiment ensemble sont rares, le montage jouant habilement en champs et contre-champs. Un tournage décentralisé au Canada aurait-il limité les journées de présence de deux interprètes?

*=*=*=*=*=*=*

Anomalia: en baisse!

Très bonne impression initiale: les paysages, la découverte d’un milieu hospitalier en pleine campagne, son fonctionnement professionnel, un personnage principal attachant, Valérie Rossier (Natacha Régnier). Des couleurs vives bizarres vont-elles ouvrir une piste originale vers l’étrange?  Et puis, à la fin du troisième épisode, un léger doute sur les personnages secondaires un peu escamotés.

Valérie, excellente chirurgienne,  se découvre des dons de guérisseuse,  sent des choses étranges autour d’elle, va plonger dans un lointain passé familial avec sorcière malmenée.

Scène du cachot avec Isabelle Caillat et Maurice Aufair

Scène du cachot avec Isabelle Caillat et Maurice Aufair

Oui, mais: tout tourne autour de Valérie. Certes, il y a son ex-mari Nicolas avec lequel les conversations téléphoniques sont nombreuses. Le professeur Wassermann, orgueilleux, est en fin de carrière: sa main tremble. Il va se passer quelque chose avec Baptiste l’ami d’enfance, passionné de spéléologie:  ce sera dans un lit lors du 7ème épisode.

L’hôpital privé sis en pleine montagne s’équipe, grâce à des aides privées, d’un merveilleux appareil chirurgical qui permet d’audacieuse opérations, y compris organisées pour un public de donateurs. On passe assez rapidement sur les performances de l’appareil.

Lucas, le fils de Valérie, va s’intéresser aux légendes sur la sorcière. Il s’en ira rechercher des plantes qui soigneront son ami Jacques. Seul dans le paysage enneigé, il répétera «Madame» au moins trois fois.  Attaché près d’un gouffre, ce sera, bien sûr, la chute!

Valérie rêve beaucoup: ils sont mis en scène, longuement, et avec trop de réalisme. L’étrange est plus percutant s’il est suggéré plutôt que reconstitué. Autour d’elle, les personnages, même les plus proches, n’apportent guère de surprises. Ils sont conformes à ce que l’on avait pressenti ce qu’ils étaient.

Peu de surprises de la part d'un ami d'enfance de Valérie, Alex (Baptiste Coustenoble) Baptiste Coustenoble

Peu de surprises de la part d’un ami d’enfance de Valérie, Alex (Baptiste Coustenoble)

Et puis, d’où vient donc ce sentiment de déjà vu. Il m’aura fallu une aide extérieure pour me rendre à l’évidence: on retrouve dans «Anomalia» bien des ressemblances avec «L’heure du secret».

Les parts de marché des trois premiers épisodes passent par  23 à 20 puis 14 pourcent, le nombre de spectateurs les ayant vus en direct, en reprise ou sur internet en une semaine glissent de 158 mille à 99 en passant par 134. Signes annonciateurs de la suite? Il faut attendre pour savoir les quantités mesurées par l’audimat!

Les promesses du début, peut-être interprétées  avec trop d’optimisme, ne sont pas tenues. Avec un texte trop fragile fondé sur un seul personnage important entouré d’autres qui ne surprennent guère, l’ennui s’est installé. Et avec lui la déception.

3 réponses à to “« X-files », « Anomalia » : fin(s) de saison”

  • fabienne:

    Trop bien cette série moi j adore et là j attends avec impatience la suite
    Les acteurs sont top et félicitation pour ces merveilleux paysages . Je suis fans .

  • Kohler Nicole:

    Tout à fait d’accord avec vos lignes. Episodes beaucoup trop tirés en longueur et trop filmés dans l’obscurité. On aurait aussi aimé une rencontre avec Joseph (Patrick Lapp) et Valérie car il devait savoir bien des choses au sujet de la sorcière.

    En ce qui me concerne, beaucoup de temps perdu devant le petit écran pour ce feuilleton qui devait être une histoire hors norme selon tous les articles écrits à son sujet et qui nous laisse sur notre faim (comme d’habitude avec les feuilletons créés par la TSR).

  • Alain P:

    Fan de séries du genre, j’ai bcp aimé la vôtre et j’espère sincèrement qu’une nouvelle saison va être tournée.

    Bravo pour cette première.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives