Elections fédérales, 18.X.15

Pris le train en marche dès 13h15 ; décidé d’aller jusqu’au terminus ; y suis parvenu après quelques pauses, en profitant des plages publicitaires, peu nombreuses avant 20h00. Tiens, et si un jour d’élections fédérales, on s’en passait, sur une des deux chaînes romandes, de la pub ? Ce serait peut-être un demi-million de perdu pour l’ensemble de la Suisse. Alors….

Lors d’une telle journée, la télévision (choix personnel de ne suivre qu’elle) se veut tout à la fois télévision cantonale (les tours répétés de Romandie), régionale (avec informations sur une partie de la suisse alémanique et au Tessin), fédérale, avec un centre de diffusion installé au palais fédéral, les projecteurs et une installation d’accueil ressemblant à une blanche baignoire contrastant avec l’iconographie des murs et des plafonds. C’est très ambitieux : pari plutôt bien tenu !

Forcément, en adoptant l’horaire type CFF, un train par heure, sur certaines lignes un par demi-heure, les répétitions sont nombreuses. Source d’ennui, mais l’ensemble d’une telle journée n’est pas préparée par les « masochistes » qui décident de la suivre presque intégralement.

Bilan d’ensemble : ambitions considérables tenues, rébarbatif accepté.

Bureau de calcul

 Bien entendu, on donne d’abord des tendances, on dessine des projections basées sur une partie des résultats qui frôlent les certitudes dès que les pourcentages augmentent. Le début de la journée fait entendre fréquemment le conditionnel. Puis peu à peu apparaît l’indicatif, appuyé pendant quelques heures encore d’un « si », pour devenir quasi-certitude, malgré un résultat n’est pas encore connu (Vaud sans la ville de Lausanne). On aura aussi eu droit, avec un timide « trente/vingt-neuf/vingt-hui…trois/deux/un/zéro», à une première projection pour l’ensemble du pays, dès 19h00, finalement déjà assez proche de la réalité..

Elections fédérales - octobre 2015

Tenir l’antenne pendant plus de dix heures, sans oublier les temps de préparation le jour même, c’est un exploit dont la grande majorité des collaborateurs est capable. Mais on ne voit que ceux qui passent à l’attente. Bonne occasion de saluer les anonymes en coulisses, parfois tout de même mentionnés dans un générique de fin qui défile assez rapidement.

Une surprise toutefois : le nombre de sièges mesure des forces en présences qui représente 200 voix au national et 26 aux Etats. Mais les pourcentages recueillis par les partis apportent une autre indication sur la force réelle de chacun d’eux. Surprise au « 19 :30 » : pour l’UDC, ce sont onze sièges de plus ( 20 %), pour 1,4 % de suffrages en plus ! Oui, mais à 21h00, le gain de onze sièges subsiste, mais en pourcent on arrive à 2.9% – le double ! Que s’est-il passé ? On aura passé comme chat sur braise cette correction !

Mais des petites variations en pourcent sur l’ensemble des votants peuvent en avoir de plus grandes sur le nombre des élus. Explications : cercles électoraux cantonaux, apparentements, sous-apparentements, etc…

Les invités

 Avec les journalistes de la maison, presque en permanence, deux invités du monde extérieur, dans le studio principal, pour apporter un commentaire personnel, une vision particulière. Pas du tout pour profiter de l’occasion afin de dire à celui qui est en face qu’il a tort : une journée à l’opposé de l’esprit qui continue de présider à « Infrarouge » où, chaque fois qu’on y aborde un problème, celui-ci devrait se prêter à dispute. Cela fonctionne bien avec la majorité des participants, sauf une ou deux exceptions, celle d’Oskar Freysinger retrouvant son rôle de provocateur catégorique: heureusement, il avait un train à prendre ! Voici ainsi de longs moments où l’on s’écoute plutôt que de faire du spectacle avec des oppositions.

Repéré en passant quelques moments intéressants :

+ Allusions aux réseaux sociaux comme un des vecteurs importants de la campagne qui s’achève, mais sans savoir mesurer leur poids. Le Matin (mardi 20 octobre) titre sur deux pages : « Les réseaux ne font pas les élus », ce qui amorce une réponse, mais le texte cite exemples contre-exemples !

elections fédérales octobre 2015 - une information sur facebook

+ Emission commune depuis Berne à 19h00, en patois alémaniques et en français, avec traductions, puisque chacun parle dans sa langue. Mais Levrat répond à Müller en allemand, traduit, bien sûr en français. Notons au passage : pendant ces presque huit heures, rarement (ou pas du tout ?) entendu de l’italien….

+ Andréas Gross rend un assez vibrant hommage au travail effectué par la radio en Suisse romande, bien plus engagée dans le débat qu’en Suisse alémanique. On aimerait en savoir davantage. Mais pour cela, il faudrait qu’il existe dans chaque région une émission sur les points forts des deux autres. Or il semble que « Outre-Zapping », certes fort maladroite, soit prochainement supprimée.

+ Il n’est pas facile d’empêcher Daniel Brelaz de se livrer à une dissertation intéressante sur l’écologie qui, traduite en nombre de signes, dépasse largement les 140 !

+ Les deux partis qui ont disposé des meilleurs moyens financiers (PLR et surtout UDC) sont ceux qui gagnent le plus de sièges. Mais en 2011, PLR et UDC avaient aussi été plus dépensiers que les autres, tout en ayant perdu des plumes. Nouvel exemple et contre-exemple : ce n’est pourtant pas une raison pour justifier l’opacité financière.

+ Maladresse du journaliste qui interroge, à Lausanne, le candidat radical pour le Conseil des Etats, Olivier français, qui n’apprécie guère de se faire qualifier de « troisième » choix, après deux conseillers d’Etat qui ont décliné la proposition de candidature.

+ Annonce de la victoire de « la fille Blocher » dans les Grisons, qui semble se nommer légalement Magdalena Martullo-Blocher

Eveline Widmer-Schlumpf

 Ah, quel beau sujet que de lancer dans le débat quelques hypothèses, avant même de savoir si la principale intéressée a pensé oui ou non rester candidate. Voilà qui devrait permettre de revenir à l’ambiance d’« Infrarouge ». A Berne, l’animatrice semble obsédée par ce sujet. Question : qui décide des thèmes de discussion ? Le choix  intervient-il avant l’émission? Tout de même, le sentiment que ce sujet qui reviendra encore pendant des semaines et des semaines tenait plus de l’anecdote que d’un problème politique prioritaire. Là, nous avons frôlé la télévision du spectacle qui se fait au détriment des idées. Les électeurs et électrices ont-ils pensé prioritairement au prochain conseil fédéral? Personne n’a l’a prétendu!

Eveline Widmer-Schlumpff interrogée par la RSI

Eveline Widmer-Schlumpff interrogée par la RSI

On aura plus parlé de Mme W.S que de problèmes énergétiques, de l’Europe, du réchauffement de la planète ou même des réfugiés économiques qui sont différents des demandeurs d’asile. Les problèmes des « migrants » sont restés discrètement évoqués durant toute la campagne, même par l’UDC, qui aura amorcé sa dé-diabolisation.

Mix&Remix évoque l'Europe, mais pour le 20 octobre 2015

Mix&Remix évoque l’Europe, mais pour le 20 octobre 2015 à « Infrarouge »

En résumé, appréciation prudemment positive sur ce dimanche d’élections fédérales du 18 octobre 2015 sur un sujet répétitif et parfois ennuyeux, moyennement informatif.

*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*

 

PS : revue de presse autour de E.W-S

 Noté dans sept quotidiens romands du lundi 19 octobre la place accordée à la réélection ou non, dans quelques semaines, au conseil fédéral, de Mme Eveline Widmer-Schlumpf, qu’il reste assez difficile de faire passer pour quelqu’un de centre-gauche !

Au titre du journal (colonne 1), associons la pagination consacrée à Mme E W.S(2), le nombre de pages consacrées aux élections (3), l’ampleur de l’édition(4)

Titre Pagination Nbre de pages sur EF Nbre pages édition
L’Express-L’Impartial 2/3 14 40
Le Temps 1 11 32
Le Nouvelliste 2/3 14 44
La Liberté ¼ 16 40
Le Quotidien Jurassien 0 11 32
Tribune de Genève ¾ 13 32
24 Heures ¾ 10.5 32

Pas eu l’idée de relever les temps durant ce dimanche 18 octobre sur le petit écran. Mais c’est entre 18h30 et 20h00 heures de haute écoute, que j’ai ressenti cette impression de la trop forte présence de ce sujet sur le petit écran.

Le Monde, édition datée du mardi 20 octobre2015, en page 4, titre « Raz-de-Marée populiste au Parlement helvétique », en 160 lignes dont 24 consacrées à Mme E.W.S. On y trouve une erreur : progression de l’UDC annoncée à 1.4 point, peut-être bien ce 1.4% de la RTS à 19h00, corrigé par la suite..

 

Les commentaires sont fermés.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives