Séries côté suisse

Rapide tour d’horizon !

Anomalia

Huit fois quarante-deux minutes sont annoncées pour le début de 2016 : ce sera l’ « Anomalia » de Pierre Monnard, qui débuta dans le long-métrage avec un délicieux « Recycling Lily ». Le Tour de Romandie fera étape fribourgeoise en Gruyére, avec une médecin-cheffe de service de neurologie aux pouvoirs de guérisseuse….

Station horizon

Comment se prend la décision de produire une série ? Aux USA, on va jusqu’au pilote. En Europe, on s’en tient à l’écriture. La nouvelle directrice de France Télévisions espère pouvoir passer à la méthode des pilotes. En Suisse romande, on disposait d’un excellent pilote, la première saison de « Station horizon » qui fit étape en Valais et bonne figure en part de marché. Il n’y aura pas de seconde saison.

Tentations européennes

Double tentation suisse : à la RTS, on travaille avec le danois Ingold Grabold, responsable à heureux de « Borgen » et « The killing », autour d’un projet qui pourrait se dérouler dans la Genève internationale et les milieux pharmaceutiques peut-être asussi bâlois.

La SSR, avec la DRS, semblent pencher vers un autre projet qui s’appuie sur une idée de Présence suisse et de son directeur Nicolas Bideau qui se déroulerait dans différents pays avec passage dans la Genève internationale, en bénéficiant de l’appui d’un solide producteur suisse.

L’Europe de l’audiovisuel ? Deux exemples récents 

 « The team » est une assez imposante co-production entre le Danemark, l’Allemagne et la Belgique, avec apport d’alpes (probablement autrichiennes) et un acteur suisse, Carlos Léal, en Jean-Louis Poquelin, journaliste belge. Intéressante réussite, qui perd beaucoup de saveur au doublage dans une langue unique.

« 1864 », une production entre le Danemark et l’Allemagne, imposante avec plus de cent cinquante personnages et six mille figurants, oscille entre de grands batailles et le conflit privé de deux frères devenus soldats qui aiment la même femme

Comment produire et diffuser à l’heure européenne ? Une revue, CinémAction, co-éditée par l’INA répond à la question dans son numéro 157 de cent septante pages. Il en coûtait alors cent vingt francs français. La revue date d’octobre 1990 !!

 

Les commentaires sont fermés.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives