Match nul !

Il y a six mois, personne ne s’intéressait à ce référendum contre la LRTV porté par l’USAM, en particulier à travers certains de ses dirigeants membres de l’UDC. Au début de l’année, on a appris en Suisse romande que les gens s’excitaient assez fortement à Zürich. Un sondage de fin mars avançait 47% de non, 43% de oui, 10% d’hésitants avec une marge d’erreur de 3%. Le camp du oui commence alors à s’inquiéter timidement. La SSR-SRG s’est voulue prudemment neutre. Le tous-ménages de l’USAM, baigné de l’esprit des minarets, des moutons noirs à repousser, des contingents à rétablir, brandisssant la future redevance à mille francs,a favorisé le «réveil». Les partis politiques qui ont voté la loi aux chambres sont restés assez prudents, le PDC en principe dans le rôle du leader chargé de défendre. L’USAM et l’UDC se sont unies pour arracher le non.

Quand l’UDC est en campagne, le débat s’élargit et souvent dérape. On parle de tout, de rien et d’autre chose, du salaire de Roger de Weck, des entreprises qui seront sollicitées si fortement qu’elles risquent d’en mourir! L’avance finale du OUI est si faible que le résultat tient du match nul. Soulagement des partisans du OUI! Ceux du NON tout de même fort satisfaits de faire trembler une première fois le «mammouth».

En «Une» sept fois!

Après avoir lu dans le décor du «19 :30» un pourcentage d’abstention qui n’est pas celui annoncé par la journaliste de service, pour en savoir davantage, j’ai décidé de lire sept quotidiens romands ce 15 juin 2015. Coût de l’opération pour ce seul jour: une vingtaine de francs, équivalant à vingt jours de radio et télévision avec la future redevance de 2018!! Voici quelques titres parus en «Une», assortis de remarques à leur propos (ordre alphabétique sans l’article)

24 heures: en grand «La loi radio-TV coupe la Suisse en deux» et en plus petit: «Le vrai débat va commencer dans une grande confusion». Tiens, il n’y a donc pas encore eu de «vrai» débat, réjouissons-nous;

L’Express: «Le oui des romands fait passer la révision de la loi radio-TV» et pour l’édito du red-en-chef «La SSR a senti le vent du boulet»: boulet de saison alors que les chaînes françaises en sont à Waterloo ;

La Liberté: «Le débat sur la radio-TV ne fait que commencer» et pour l’édito du red-en-chef «Le fin de l’âge d’or de la SSR»;

Le Matin: «Redevance moins chère grâce aux… Romands» sur fond noir en deux couleurs, à côté de Ronaldo qui boude Genève avec un maillot portant «Fly Emirates»;

Le Nouvelliste: «La LRTV passe d’un cheveu», mais le Rhône, auquel on dit oui, la R21, face à un non, Melley qui sourit quand Torney perd… de peu sont prioritaires;

Le Quotidien jurassien: «Non très net, oui ultracourt» pour le commentaire principal, discret à côté du «Frontaliers: le résultat est clair», avec une carte de la Suisse en couleurs délavées pour le «Oui très timide du peuple suisse».

Le Temps: «3700 voix d’écart pour la SSR». Donc on votait «pour» ou «contre» la SSR? J’avais crû comprendre qu’il s’agissait d’une votation technique sur le prélèvement de la redevance.

La palme d’or du titre le plus indirectement «polémique» revient au «Temps».

Villes et campagnes

Et un tas d’autres palmes secondaires au même journal, en particulier pour sa carte très méticuleuse des pourcentages par communes ou régions allant du vert le plus vif, pour «plus de 65 pourcent du oui» au rouge le plus sanguinolent pour le oui inférieur à 35 %.

7 cantons ou demi-cantons ont dit oui et 19 cantons et demis ont dit non. Et déjà certains se servent de cette majorité pour soutenir la récolte des signatures anti-Billag. Mais 17 capitales cantonales ont dit oui et 9 non. Curieux! Et si les deux suisses séparées étaient celles des villes contre les villages?

908 communes ont dit NON et 1509 OUI. Il y a donc 2417 communes en Suisse. On apprend tous les jours quelque chose!

«24 heures» publie les résultats commune par commune. Dans le canton, une trentaine pour le non, la plus grande étant celle des Ormonts-Dessus, 206 à 243.

Neuchâtel? 7 petites communes votent non sur 37: record à Gorgier-Chez-le-Bart, 211 à 390. Fribourg, même constatation, toujours des petites communes qui disent non, majoritaires en Singine. Fribourg est un canton bilingue, comme le Valais. Mais «Le Nouvelliste» ne donne pas les résultats commune par commune. A première vue, en consultant la carte colorée du «Temps», le non du Valais semble se répartir équitablement entre les régions linguistiques: petite surprise. Jura? Peu de communes pour le non, et toujours les petites: record à Bonfol, 118  à 125. Jura bernois? 17 petites communes sur 40 disent NON – égalité sur le Plateau de Diessse, 322 -322!

Ce sont là des faits observés. Reste à en comprendre le sens, un travail qui pourrait être celui de politologues. Esquisse d’une explication: plus on est petit et plus on est absent des médias.

 

2 réponses à to “Match nul !”

  • Ernest:

    Ouf…c’est ce qui s’appelle une victoire dans les arrêts de jeu sur un auto-goal de J.F. Rime ! Et dire qu’il avait déjà raté un pénalty durant la partie ! Comme quoi les mauvais joueurs sont parfois pris à leurs propres pièges, et les souris continuent de danser autour de sa trappe à fromage !

  • Ernest:

    Si la victoire finale a été une surprise formidable suite à l’évolution des scores durant l’après-midi, les résultats des tessinois me laisse vraiment perplexe ! Il serait intéressant de connaitre les raisons de leur refus. Il serait également intéressant de savoir quel pourcentage des citoyens qui échappent actuellement à la taxe ont voté contre, sachant qu’ils ne pourraient plus passer à travers le filet.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives