« Travelling » : un ménage à trois

A la fin de ce texte qui se termine par une suggestion , on trouve une remarque sur « 50 nuances de Grey » ( PSI) et on assiste à une tentative de sabordage dans le programme de RTS1 du mercredi 25 février 2015 (PSII)

*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*

 Il y a assez longtemps, la TSR refusait de parler du programme de la «Une» ou de la «Deux» pour proclamer l’existence d’un «même programme sur deux chaînes». Depuis quelques années, les hautes sphères de la SSR-SRG ont fait la découverte du rôle unificateur du sport qui réunit les Suisses des quatre régions linguistiques et des trois chaînes régionales devant le même programme, à pleurer en même temps et en direct quand un témoin échappe d’une main après un mètre de course sur quatre fois cent! Aujourd’hui, RTS2, la deuxième chaîne consacre une part non-négligeable aux sports, jusqu’à leur donner priorité aux heures de grande écoute télévisée, entre 19, 20 et 23h. RTS2 est devenue partiellement chaîne « sportive ».

Depuis une dizaine d’années, en Suisse romande, la radio et la télévision sont  plus proches, et pas seulement par la structure de direction. Les collaborations, ni évidentes ni faciles, sont parfois heureuses. Ainsi l’excellent «120 secondes» radiophonique est-il devenu un «26 minutes» télévisé, avec un bonheur assez moyen. Il vaut la peine de s’arrêter sur une expérience récente, un ménage cinématographique à trois, entrainé par le « travelling » radiophonique.

Brazil - Terry Gilliam (1985) Travelling - 5 avril 2015

Brazil – Terry Gilliam (1985)
Travelling – 5 avril 2015

La cinémathèque

Sous la direction de Frédéric Maire, depuis octobre 2009, la Cinémathèque suisse a renoué avec le grand public à Lausanne, en particulier pour les programmes proposés dans la salle «géante» du Capitole. Elle propose un intéressant programme avec des films de qualité souvent populaires, le dimanche à 15h, comme «Le septième sceau» (1956) d’Ingmar Bergman (22 février 2015), «Un homme, une femme» (1966) de Claude Lelouch, (1 mars), «Casino Royale» (1967), de Val Est, Ken Hughes et John Huston (8 mars). Le titre de cette offre ? « Travelling : de la 1ère à la cinémathèque en passant par RTS Deux » !

Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée dans "Un homme, une femme"

Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée dans « Un homme, une femme »

 

La « 1ère » et son « Travelling »

«Travelling», le dimanche entre 10h et 11h, permet à Catherine Fattebert d’apporter différents éléments qui éclairent le film présenté quelques heures plus tard par la cinémathèque. On y propose un résumé du récit, son examen sous divers angles, on y évoque la carrière de son auteur, des témoignages de celui-ci ou de certains de ses collaborateurs. On plonge ainsi dans les archives de la radio. Sont aussi proposés quelques extraits de la bande sonore, alors que le dialogue domine. On y ouvre même des parenthèses éloignées du film, genre information routière! «Travelling» est construit en chapitres qui sont indépendants les uns et les autres, avec d’utiles et courtes répétitions.

Les aventuriers de l'arche perdue (1981) de Steven Spielberg - Travelling, 15 mars 2015

Les aventuriers de l’arche perdue (1981) de Steven Spielberg – Travelling, 15 mars 2015

Il est intéressant d’entendre la voix d’un acteur, surtout si c’est la sienne qui est conservée au mixage. La comparaison entre une version originale et une version doublée pourrait être intéressante. Mais un dialogue en suédois, langue assez rarement parlée sous nos latitudes, finit par dégager un sentiment de longueur, même il s’agit d’un film comme «Le septième sceau». Il pourrait alors être intéressant de compléter une éventuelle traduction avec des informations sur l’image associée aux mots et aux sons.

La cage aux folles (1978) d' Edouard Molinaro  Travelling -- 22 mars 2015

La cage aux folles (1978) d’ Edouard Molinaro Travelling — 22 mars 2015

Il est possible d’écouter et de ré-couter une émission de radio tout en se livrant à une autre occupation. Difficile de rester concentré pendant une heure sur un son seul. La télévision est tout de même plus exigeante puisqu’elle attire aussi le regard.

«Travelling» sur RTS 2

Et durant le même dimanche, c’est la télévision qui prend le relais de la radio et de la cinémathèque. Le film est proposé par RTS2,aux environs de 22h, horaire agréable qui a le mérite de n’être pas trop tardif. Mais il faut aussi que les droits pour la télévision soient disponibles et qu’ils entrent dans un budget de diffusion. On aura pas pu voir ou revoir «Les hommes du président» de Alan J.Pakula (8 février) et «Apocalypse now» de Francis Ford Coppola (15 février), films produits par de grandes compagnies américaines, probablement pas particulièrement sensibles à l’aspect culturel d’une diffusion sur une «petite» chaîne de télévision.

«Silence-radio» sur la télé !

Epatant ménage à trois, sincèrement. La cinémathèque inscrit ce film dans la vaste offre faite désormais dont profite surtout le public de Lausanne. Sur internet, le site de «Travelling», bien construit, offre bon nombre d’informations. Le public en salle se compte au mieux par centaines, les auditeurs probablement par milliers. Celui du petit écran, même sur RTS 2, touche quelques petites dizaines de milliers de téléspectateurs.

Bergman - Le septième sceau /RTS - Travelling 22 février 2015

Bergman – Le septième sceau /RTS – Travelling
22 février 2015

La cinémathèque informe bien son public par ses canaux habituels, la radio s’appuie sur internet. Mais lancer sur le petit écran et ses dérivés, le 22 février 2015, «Le septième sceau», un film en noir-blanc, format presque carré, en version originale, avec sous-titres français par forcément faciles à lire, sans le moindre avertissement, c’est courir le risque de faire fuir un téléspectateur non-prévenu. Les cinéphiles purs et durs ne forment pas une confrérie très intéressante pour la télévision qui veut d’adresser le plus souvent possible au «grand» public. On pourrait au moins, dans une case comme celle dévolue à «travelling» sur TSR2 prendre la peine durant quelques dizaines de seconde d’avertir le public sur ce qui va se passer. Pour cela, il faudrait déroger au principe, la radio parle, la télévision montre.

Quand il s’agit d’une compétition sportive, on l’annonce à l’avance, on en parle avant et pendant qu’elle se déroule, on y revient parfois longuement après avec force reprises. En football, un goal marqué pendant la première mi-temps sera ainsi revu au moins deux fois le même soir !

L’original et précieux ménage à trois sous la houlette de «Travelling» serait plus harmonieux encore si la télévision acceptait de comprendre qu’un brin d’explication avant certaines émissions pourrait être utile pour remplir un peu mieux la «niche» réservée à une minorité. La cinémathèque dispose de collaborateurs qui connaissent bien le cinéma. Ils sauraient même traduire leur amour du 7ème art en quelques dizaines de secondes à l’aide d’une téléphone portable… Encore faudrait-il le leur proposer….

*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*

PS I, qui n’a rien à voir

A propos des « 50 nuances de Grey »

Nous avons fait part de notre étonnement devant les quelques dizaines de secondes consacrées à «50 nuances de Grey», avant la sortie générale du film le mercredi 11 février 2015. C’est tout de même «bizarre» de consacrer du temps à un film alors que personne n’a vu.

Depuis lors, une seule nuance: un profond ennui. Ne mérite cinématographiquement pas le moindre attention. Une seule raison de s’y intéresser: pourquoi, dans les salles, cette majorité de femmes, de presque tous âges en dessous du troisième? En France, plus de quatre cents mille spectateurs chacun des quatre premiers jours. Mais une chute de près de soixante pourcent entre la première et la deuxième semaine. Comme si les lectrices déçues jouaient du bouche à oreille, sans composante sadique ni machiste!

*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*

 PS II, qui n’a rien à voir non plus :

Mercredi 25.02.15, 20h10: sabordage?

Birdman - Unaritu (Fox-EWarner)

Birdman – Alesandro Unarritu

On le sait depuis fort longtemps: la force principale de la RTS réside dans son programme de 18h45 à 21h, presque uniquement composé d’émissions fabriquées par ses soins. Toute exception est une sorte de trahison de ce qui fait l’originalité de la programmation de «notre» télévision.

Mercredi 25 février 2015, à 20h10, une fiction américaine, «Le mytho» (2010, 110 minutes), d’un certain Dennis Dugan. Vu quelques minutes d’un film mal doublé, probablement insignifiant, qui ne remplace en aucune manière un des bons magazines du mercredi de la RTS. Mais je venais de découvrir dans une salle, ébloui, le lyrique, poétique, surréaliste, affolant «Birdman» d’Alesandro Inarritu, avec ses quatre glorieux «Césars» décernés par six mille professionnels américains qui ont osé couronner un produit qui n’entre pas dans la ligne courante d’Hollywood, le film d’un véritable auteur. La RTS commencerait-elle de se saborder? S’il faut être le seul à protester, alors je le suis !!!

Les commentaires sont fermés.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives