Vendredi 23 janvier 2015

Quel titre donner à cette rubrique qui comprendra plusieurs courts sujets ? Ce sera un jour et une date !

Encore « Charlie »

Impossible d’oublier. Pourquoi ces 17 morts ont-ils pris tant d’importance. Le nombre n’est pas en cause, mais ceci : quatre juifs, trois policiers, dix collaborateurs d’un même journal, dont six dessinateurs ont été froidement exécutés par trois tueurs djihadistes. Ce n’étaient pas des attentats à l’aveugle.

Retour au présent

Il a bien fallu, dans ce blog, revenir au quotidien. Ce fut fait avec des premières remarques sur un croque-mort et une salamandre (14 janvier) et des considérations peut-être trop longues sur une nouvelle émission de la RTS, « 26 minutes » (21 janvier)

Jusqu’au dernier, la destruction des juifs d’Europe

Il y a 70 ans, les troupes russes arrivaient à Auschwitz, dans le sud de la Pologne. Il est important de s’en souvenir. On peut croire qu’on est largement renseigné. Il reste encore beaucoup à apprendre. Auschwitz n’était pas seulement un camp de la mort pour les juifs d’Europe, mais aussi une prison, un lieu d’expérimentation « médicale » en vue de « fabriquer » une race supérieure et un centre industriel contribuant à l’effort de guerre nazi avec du « personnel » gratuit.

"Jusqu'au dernier" : sur RTS2 et France 2

« Jusqu’au dernier » : sur RTS2 et France 2

Une fois de plus, les responsables des « Docs » de la RTS sont associés à une importante production, une série de William Klein et Blanche Finger, en huit épisodes de 52 minutes, présentés en duos mais sans interruption publicitaire, le dimanche 18 janvier (épisodes 1 et 2), lundi 19 ( 3 et 4), dimanche 25 et lundi 26, sur RTS 2, dans une case bien exposée, dès 20h40, celle d’« Histoire vivante ». Il serait maladroit d’employer à propos de « Jusqu’au dernier : la destructions des juifs d’europe » l’expression «  à ne pas manquer ». Par contre, il est important, même avec retard, de signaler l’intérêt de cette série, sa grande valeur historique, sa contribution précieuse à la mémoire collective.

France 2 commence la diffusion de « Jusqu’au dernier » le lundi soir dès le 26 janvier, à une heure tardive, 23h10.

Il y aurait de nombreuses observations à faire à ce propos. Peut-être en une autre occasion.

Auschwitz, 70 ans après

Avec une assez grande régularité, ARTE réserve son mardi à un thème, en présentant plusieurs document différents. Le soirée du 12 janvier 2015 fut particulièrement longue, débutant à 20h50 avec « Printemps 1945 » pour se terminer après deux heures du matin avec « Sonderkommando : Auschwitz-Birkenau ». A se demander si une programmation de sujets inédits trouve encore un public à de telles heures.

"Auschwitz, premiers témoignages" - (Arte, 13 janvier 2015 - 23:409

« Auschwitz, premiers témoignages » – (Arte, 13 janvier 2015 – 23h49)

C’est en janvier 1945 que les troupes russes sont arrivées à Auschwitz, qui n’était pas seulement un camp de la mort pour les juifs d’Europe, mais aussi une prison, un lieu d’expérimentation « médicale » en vue de « fabriquer » une race supérieure et un centre industriel contribuant à l’effort de guerre nazi.

Vu ce soir-là trois films absolument sidérant par le choix formel fait par leur réalisateur Emil Weiss. L’exemple de l’un d’eux, « Auschwitz, premiers témoignages » mérite d’être cité. Une partie des témoignages écrits et déposés avant même la fin de 1945 par quatre témoins qui vécurent dans le camp  sont lus par des acteurs. Mais les textes sont presque tous associés à des images récentes prise dans l’espace sur lequel s’élevaient le camp et ses annexes. Et ces images d’aujourd’hui donnent une force par instants terrifiante aux textes.

Il faudrait avoir assez d’énergie pour mentionner encore quelques émissions vues ces derniers jours. La mort brutale et inattendue d’un ami, qui fut grand journaliste, m’en prive !

Les commentaires sont fermés.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives