Considérations estivales II

 

Au fur et à mesure des idées, des envies, il faut profiter de l’été pour vagabonder, ne pas vouloir coller à l’actualité sans pourtant la négliger. L’été, à la RTS comme ailleurs, ce sont des programmes, disons » allégés », tournés plutôt vers le divertissement, entre autres à travers les fictions, que la réflexion sur le monde qui nous entoure.

Voici l’état actuel de cette « production » estivale

6/ Vous avez dit « Diversité » (bis)

28.07.13

5/ Sur RTS1 : mardi soir 23.07.13
27.07.13

4/ Co-productions de la RTS au 66ème festival de Locarno, 7-17 août 2013

Voir ci-dessous « Considérations estivales I »

3/ « Person of Interest »

2/ Vous avez dit « Diversité »

1/ Un été nordique

*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*

6/ Vous avez dit « Diversité » (bis) ?!

 Dans ce titre, après lecture, faut-il garder « ? », ou « ! » ou les deux ?

Les mois d’été venus, la RTS laisse croire à ses adeptes qu’ils peuvent faire de la programmation, les lundis soirs, dans « Box office à la carte ». Il s’agit, moyennant finance, de choisir entre deux films de durées à peu près équivalentes. Et de ces quatre-vingt centimes par appel ou SMS, que fait-on s’ils sont des milliers ?

Roman  Polanski, un des rares auteurs parmi les responsables des vingt-deux films présntés dans "Box office", avec ou sans carte.

Roman Polanski, un des rares auteurs parmi les responsables des vingt-deux films présentés dans « Box office », avec ou sans carte.

Mais la durée n’est pas le seul élément d’équivalence. La RTS édite en couleur verte des avant-programmes. Ces documents en principe reflètent la réalité des programmes définitifs. Du lundi 1 juillet 2013 au lundi 12 août 2013, sept semaines furent consacrées au « Box office à la carte ». Sur quatorze films proposés treize proviennent des USA. Et le quatorzième n’est autre qu’un film tourné avec des acteurs britanniques en anglais par Roman Polanski, interdit de séjour aux USA.

The gost writer - roman polanski

Affaire très personnelle : une image de « The ghost Writer » de Roman Polanski, le meilleur film d’une série de vingt-deux films alignés par « Box office » du début de mai à mi-août 2013.

C’est l’été, période exceptionnelle ? Elargissons la période d’observation.  Toujours selon les avant-programmes verts, du lundi 6 mai au lundi  24 juin, huit semaines, sur huit films, sept américains.. L’exception, cette fois, est française : il s’agit de « La fille du puisatier » de Daniel Auteuil.

Bilan : quinze semaines, vingt-deux films dont vingt américains. Vous avez dit « Diversité » ?

The gost write - l'intérieur et l'extérieur - un film de Roman Polanski

Intérieur – extérieur : un plan révélateur de la mise en scène de Roman Polanski pour « The Gost Writer »

Il faudrait que le patron de la RTS, que son responsable des programmes fassent quelque remarque à leur programmatrice de service, sinon  on sombrera comme Titanic dans cette exclusivité à nonante pourcent américaine.

La lecture des noms des réalisateurs des films fait apparaître quelques présences d’auteurs connus ou reconnus : Roman Polanski, Clint Eastwood, Oliver Stone, Ridley Scott, Daniel Auteuil. Dix-sept autres noms peu ou pas connus : là au moins, dans ce cinéma de divertissement, il y a diversité.

*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=

5/ Sur RTS1 : mardi soir 23.07.13.

 « Exemplaire » : on se croirait sur TF1 !

 « Le client » à 20 :40

Un ancien champion de Formule1 veut épouser la très jeune Mélanie qui attend un enfant de lui. Fred, hélas, est encore marié et celle qui n’est toujours pas son ex refuse le divorce. C’est gentillet, inoffensif, un peu amusant ; çà s’appelle « Le client ». C’est une production de TF1, proposée le mardi 23.07.13 par RTS 1 en premier rideau à 20h40. Vu le en entier, avec ennui devant l’anodin ! Cela passe pour un « téléfilm humoristique ». Je crois avoir lu au générique qui passe rapidement que la « RTS » était partenaire à je ne sais quel titre.

Opération Casablanca- Laurent Nègre -Bordcadre films

Trois images de « Opération Casablanca » de Laurent Nègre, une co-production Suisse-France-Canada….

« Bienvenue aux Edelweiss » à 22 :05

 Une femme en instance de divorce s’invente un nouveau fiancé pour que sa mère cesse de la harceler. C’est la première partie d’une mini-série de trois épisodes. Cà s’appelle « Bienvenue aux Edelweiss ». C’est une production de TF 1 proposée par la RTS1 ce mardi 23.07.13 à 22 :05. C’est donné comme un téléfilm humoristique inédit sur la chaîne romande. Pris assez rapidement la fuite devant trop d’anodine gentillesse !

Opération casablanca - laurent nègre - bord cadre film

Opération casablanca …On n’allait tout de même pas choisir des images des gentils produits de tf1

« Opération Casablanca » à 23 :40

« Opération Casablanca » de Laurent Négre est une production suisse qui a coûté dans les quatre millions de nos francs. C’est, dit le dossier de presse de film, « l’aventure rocambolesque d’un jeune immigré maghrébin devenu pour un délit de faciès le suspest no 1 d’un complot terroriste mondial », traitée en comédie qui se veut décomplexée. Le rythme, inégal, manque de fluidité. C’est un film plaisant, pas une grande réussite.

La RTS et les produits-maison

La RTS, radio et télévision, ont fait bon accueil à ce film, en particulier lors de sa présentation aux Journées de Soleure en janvier 2011. Normal que la RTS soutienne la sortie d’un film dont elle est co-productrice dans une proportion que je ne connais pas – renseignements suivent ! Le public n’a pas très bien suivi, lors de la sortie en salle.

« Opération casablanca » à 23 :40 « Opération Casablanca » de  Opération casablanca - laurent nègre bord cadre film

Il fallait veiller jusqu’à près de minuit pour voir cette image d' »Opération Casablanca », sur RTS 1, le mardi 23 juillet 2013…

Dans tous les secteurs, la RTS offre un excellent horaire de diffusion à ses produits maison et à ses co-productions, à deux exceptions près. Les séries à forte valeur ajoutée sont repoussée en fin de soirée. Le cinéma d’auteur et, dans cet ensemble le sous-ensemble suisse souvent co-produit par la RTS, subit le même triste sort. Les environs de minuit sont la norme.

Néfaste influence de TF1 !

Une anodine comédie produite par TF1, peut-être associée à la RTs, en début de soirée ! Une série anodine produit par TF1 en milieu de soirée ! Un film suisse inégal co-produit pasr la RTS pratiquement en nocturne ?C’est un exemple, mais hélas pas le seul !! Dans le domaine du cinéma d’auteur et celui de séries haut de fema, le modèle pour les horaires vient tout droit de TF1. Néfaste influience ! Le service public généraliste suisse, avec sa volonté de diversité, devrait s’en éloigner ! Oui, mais…

 *=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*

4/Co-productions de la RTS au 66 éme festival de Locarno, 7 – 17 août  2013

 Fière à juste titre, la RTS annonce la présence de sept films qui ont obtenu son soutien lors du 66èME Festival de Locarno qui se déroule du 7 au 17 août 2013. On trouve dans la page d’accueil du site de la RTSR le communiqué de la RTS.

Locarno sera donc l’occasion d’entendre parler sinon de tous du moins de certains d’entre eux, en particulier des trois longs-métrages très attendus, sur la Piazza Grande (« L’expérience Blocher »  et « Les grandes ondes ») et en compétition principale (« Le tableau noir »).

L'expérience Blocher - Jean-Stéphane Bron  et Christophe Blocher

L’expérience Blocher – Jean-Stéphane Bron et Christophe Blocher

Sources de financement

Sans argent, sauf extraordinaire exception de minimalisme, et encore, pas de film. Alors, pour une fois parlons argent mis à disposition des producteurs par les trois principaux soutiens du cinéma national, la RTS qui est aussi client puisque ces films apparaitront dans les programmes, le récent « Cinéforum » romand regroupement des forces de la Loterie romande, de quelques villes et des cantons et l’Office fédéral de la culture à travers sa Section du cinéma.

Les grandes ondes - LIONEL BAIER

Les grandes ondes – LIONEL BAIER

Voici, en milliers de francs, les apports de ces trois grands groupes en un tableau récapitulatif :

Locarno 2013 – les films romands                              RTS   CINFO    OFC

L’expérience BLOCHER – J.S.Bron (D)                           130      182       260

Les grandes ondes- Lionel Baier (F)                                 350      800      900

Le tableau noir – Yves Yersin (D)                                      150      225       300

Sous total ( 3 LM)                                                            620    1’207   1’460

4/L’harmonie – Bernard Harrisson(D)(60mn)                     30        21       —-

5/Bonne espérance – K.Schlitknecht(F-court)                   10        26          40

6/Hasta Santiago – Maura Cararo(Amin court )                 30        56         —-

7/La fille aux feuilles – Marina Rosset(Amin court)              9        25          36

Sous-total ( 1 MM / 3 CM)                                               79      128         76                                                                                     

 8/A iucatta – M.Penetta (D-court)                                      35         67         45

9/Sortie de route – T.Aymon(F-court)                               —-          35       —-

Vigia –  Marcel Barelli (Amin-court)                                    45         42         60

Sous-total ( 3 CM)                                                             80      144       105

Totaux                                                                              789    1’479    1’641

Répartition en %  arrondis à l’unité                                    20         38        42

Ces montants ne sont qu’une partie du reste fort importante – le 66 % – du coût total de ces dix films qui s’élève à 5’893 mille.

Les grandes ondes - LIONEL BAIER - Monopole Pathé - locarno 2013

Les grandes ondes – LIONEL BAIER – Monopole Pathé – Locarno 2013

Considérées comme un tout, ces trois sources de financement, la RTS, le Cinéforum et la Confédération représentent  donc un vingt pourcent pour la RTS, un peu moins du double pour le Cinéforum et un peu plus pour la Confédération. A noter que la confédération n’intervient que dans sept des dix films et la RTS dans neuf sur dix. Il est en effet important que des films puissent exister sans cette forme d’aide fédérale du reste précieuse. Il faut aussi observer que la télévision est un partenaire important, mais moins que le Cinéforum et la Confédération.

Il convient enfin de souligner une qualité essentielle dans ce domaine de la création audiovisuelle : les montants de l’investissement de la RTS et des aides romande et fédérale sont annoncés de manière transparente.

Version ancienne du "Tableau noir" ( 117 minutes), d'Yves Yersin "La montagne initiatique" durait plus de trois heures.

Version ancienne du « Tableau noir » ( 117 minutes), d’Yves Yersin « La montagne initiatique » durait plus de trois heures.

Exemples de coût à la minute

On peut donc sans trop de peine calculer, pour la télévision, le coût à la minute qui est un très important critère de mesure  :

+mille trois cent francs la minute pour les 100 du document consacré à « L’expérience Blocher »  par Jean-Stéphane Bron ( diffusion suisse, Frenetic – sortie 30 octobre 2013 )

+quatre mille cinq cents francs environ pour les 80 minutes des « grandes ondes » de Lionel Baier (diffusion en suisse Monopole Pathé –  sortie 18 septembre 2013)

+ mille trois cents francs environ pour les 117 minutes du « Tableau noir » d ‘Yves Yersin ( diffusion en suisse par Filmcoopi, sortie romande le 20 novembre 2013).

Le tableau noir : Yves Yersin au montage

Le tableau noir : Yves Yersin au montage

A titre de comparaison, rappelons que la RTS investit entre douze et quinze mille francs la minute dans une série comme « L’heure du secret » alors que le tournage de la deuxième saison se déroule actuellement et en partie au Locle. Mais si vous désirez savoir combien coûte à la minute le « 19 :30 », « JO », « Les coups de cœur d’Alain Morisod », le « Tour de France » ou la « Formule 1 », la réponse risque d’être « on ne sait pas » ou « On n’a pas le droit de le dire par contrat » faute de dire franchement « On ne veut pas le dire ». La transparence, au moins dans la création audi0visuelle, est vertueuse.

Les commentaires sont fermés.

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Derniers commentaires
Catégories
Archives