Get Adobe Flash player

Papier d’émeri

Changement de gouvernement

États-Unis 20 – Chine 1

Pendant de longues semaines, la RTS a surcouvert l’élection présidentielle américaine. Et, pas de chance, les autres médias francophones en ont fait autant. En comparaison, le changement de l’équipe dirigeante en Chine a fait dans la frugalité médiatique : certes, les Chinois sont discrets, mais l’importance de l’évènement nous amène à nous interroger sur la gestion des priorités médiatiques à la RTS.

Dommage !

  • Sur Option Musique, les infos commencent quand la résonance du « jingle » n’est pas encore terminée. On rate le début !
  • Sur Option Musique, lors du bulletin météo, il y a un fond musical. On n’entend ni la musique, ni le bulletin !
  • À la RTS, pourquoi laisser l’original d’un commentaire en langue étrangère lorsqu’il est traduit simultanément en français ? On ne comprend plus rien !

De l’information ou de l’info?

De mon temps, l’Information à la radio et à la TV représentait le sommet du genre. Les grands reporters, les grandes figures étaient ressenties comme une référence. Radio Suisse Romande et la TV romande étaient des demi-dieux.

Le temps a passé, on ne dit plus information, mais «info» pour faire toujours plus pour avoir une couverture, prendre tous les sujets. Mais, quid de la qualité de l’info? Une foultitude de données sont mises à disposition du consommateur avec la volonté de viser la quantité, une couverture totale.

Comme qualité et quantité ne sont pas bons amis, il existe une tendance actuelle à saupoudrer à tout va et à négliger le plus important: la véracité et l’exactitude des données (résultats sportifs tronqués, indices boursiers trop souvent erronés…). Le message de ce papier: de l’info oui! Mais de l’Information!

Au bout du ruban ?

Cela fait près de deux mois que la RTS a fait sa mue. Un peu déçu à la découverte des logos TV en version papier, j’ai vite été enthousiasmé quand je les ai vus animés et sonorisés en allumant ma télévision. Les lancements de soirées, le déroulement des logos en rubans, la manière d’annoncer les programmes, l’horloge avant le Journal et même le logo rouge sont contemporains, dynamiques et pros! Une vraie réussite !

Mais comment expliquer que cette ligne visuelle si soignée et aboutie s’accompagne de lancements de publicité crayonnés, à peine ébauchés? La créativité s’est-elle envolée? À bout de souffle? Au bout du ruban ?

Je t’la coupe !!

Mardi 6 mars 2012 au soir, invasion, sur presque tous supports romands : RTS deux, hockey-sur-glace puis football, Internet, hockey-sur-glace, RTS un, babil sur Servette à «Infrarouge» : beaucoup trop de sports! Entourée de quinquagénaires, avide de sujets d’actualité, quitte à tenter de précéder l’actu, Esther Mamarbachi nous a offert une curieuse soirée. Qui savait quoi autour d’elle? On le saura peut-être un jour. N’avaient-ils rien à dire  par ignorance ou étaient-ils obligés de ne dire strictement rien? . Personne n’a dit «Pont» ou «Quennec»! Bref, la rage de suivre l’actualité a surtout permis d’organiser un spectacle! «Réussi ?»

Un incontournable avocat genevois, Me Warluzel, entre autres ancien président du Servette FC, proche de M.Pishyar, ignorant à quel parti appartenait un certain Charles Beer, a été particulièrement agressif avec à peu près tous les invités, insistant sur l’ampleur financière du traitement à appliquer au club mal soutenu par l’économie du bout du lac.

Or ce soir-là, la télévision genevoise se livrait à une expérience. On sait qu’en fin d’année, les chaînes prennent plaisir à passer des bêtisiers de toutes sauces. Mais il faut trouver autre chose. Scoop : RTS télévision prépare pour fin 2012 une série originale, combinée avec un concours. Le titre du jeu est dévoilé par notre titre. Qui saura le gagner en prouvant qu’il sait mieux que d’autres couper la parole aux autres invités, mesure faite durant soixante minutes – la durée habituelle d’ «Infrarouge» ? Les premiers concurrents sont choisis : il y aura Oskar ( Freysinger) en plus de Dominique ( Warluzel ) et d’Esther elle-même. On se réjouit !

Décrochages ?

Jusqu’à la semaine dernière, je pensais être à la pointe du progrès : en plus de nombreux récepteurs FM, un appareil DAB trône dans ma cuisine. J’avais tout faux ! D’un seul coup, à l’occasion des prochaines élections vaudoises, la RTS m’a fait comprendre mon erreur ! Désormais les décrochages de la 1ère ne se font plus sur une autre fréquence, mais sur le DAB ! Impossible donc d’écouter Les Temps modernes dans ma salle de bains, ou les Zèbres dans ma voiture…

La RTS est en dehors de la réalité si elle pense que les Romands disposent tous d’appareils DAB ou d’accès internet dans les quatre coins de leur appartement et qu’ils sont prêts à sélectionner la technologie adéquate pour entendre telle ou telle émission! Et franchement, il fallait être diablement motivé pour entendre les arguments électoraux de 21 candidats au Conseil d’Etat… moi, j’ai zappé !

Avertissement

Ce blog propose des regards subjectifs émanant de contributeurs membres d'une SRT. C’est un espace de liberté de ton qui ne représente pas le point de vue de la RTSR mais bien celui de son auteur.

Tags
Derniers commentaires
Catégories
Archives