09.10 - Info

Une nouvelle équipe à la tête de la SSR

Jean-Michel Cina et Gilles Marchand © RTS/Anne Bichsel

Jean-Michel Cina, président de la SSR, a présenté à la presse le nouveau directeur général de l’entreprise, Gilles Marchand.

Gilles Marchand a énoncé les priorités définies pour la durée de son mandat et présenté sa suppléante, Ladina Heimgartner, ainsi que le nouveau responsable de la Direction «Développement et Offre», Bakel Walden, qui rejoint le Comité de direction de la SSR.

L’ancien directeur de la Radio Télévision Suisse (RTS) a en particulier souligné son engagement en faveur d’un dialogue constructif et ouvert avec les autres acteurs du marché suisse, ainsi qu’avec le public, tout en prenant acte des défis majeurs qu’il devra relever dans le cadre de ses nouvelles fonctions. Il a déclaré: «J’ai pleinement conscience des enjeux qui attendent la SSR dans un paysage médiatique en plein bouleversement. Je m’engagerai sans relâche avec toutes les équipes et dans toutes les régions pour y faire face.»

Des priorités claires dans un contexte difficile

La SSR est aujourd’hui confrontée à un certain nombre de défis, a expliqué Jean-Michel Cina, président de la SSR depuis le 1er mai 2017. C’est le cas, par exemple, du vote sur l’initiative No Billag en 2018, dont dépendra l’existence de la SSR, du nouveau montant de la redevance qui sera fixé par le Conseil fédéral, de la concession provisoire et de la nouvelle loi sur les médias électroniques.

Gilles Marchand, devenu directeur général de la SSR le 1er octobre, a ensuite abordé les priorités de son mandat: continuer de proposer des programmes de qualité, dans les quatre langues nationales, garantir l’indépendance et le professionnalisme des rédactions, accentuer la transformation numérique au sein de la SSR, garder le contact avec le jeune public, et poursuivre les investissements dans le domaine de la culture.

Cinq projets de coopération concrets

Gilles Marchand a souligné que l’accélération du passage au numérique créait des difficultés pour les médias privés, et tout particulièrement pour la presse écrite. Aussi est-il nécessaire d’essayer de développer des coopérations avec notamment cinq projets concrets (voir aussi le document en annexe):

  1. La SSR met dès aujourd’hui des vidéos d’actualités gratuites à la disposition des médias privés (Free Shared Content).
  2. Les radios privées intéressées pourront reprendre très facilement les journaux horaires radio de la SSR. Un accord en ce sens a été signé le 6 octobre 2017 à Berne avec UNIKOM, l’Union des radios locales non commerciales.
  3. Si la branche le souhaite, la SSR est prête à mettre sa technologie à disposition pour proposer aux acteurs média suisses un player en marque blanche.
  4. La SSR développera des coopérations avec les hautes écoles, les universités et si possible les médias privés dans le domaine de l’innovation média.
  5. La SSR s’engagera sur le plan de la mesure d’audience en ligne pour contribuer à une solution commune à la presse écrite et aux diffuseurs TV et radio.

Collaboration étroite entre les membres du Conseil d’administration et du Comité de direction

Les priorités du nouveau directeur général sont également celles du Conseil d’administration, a affirmé le président de la SSR, Jean-Michel Cina. «Afin de renforcer son rôle en qualité d’organe de conduite stratégique de l’entreprise, et de pouvoir appuyer le mieux possible la Direction, le Conseil d’administration a décidé de créer un comité consacré à la transformation numérique de la SSR », a-t-il précisé.
Jean-Michel Cina a en outre indiqué aux médias que la SSR mettra en application, à compter du 1er janvier 2018 les recommandations du Conseil fédéral pour le calcul des indemnités des membres du Conseil d’administration et du Comité de direction (initiative Minder), sous réserve de l’approbation par l’Assemblée des délégués le 24 novembre. «Nous souhaitons ainsi envoyer un signal», a ajouté Jean-Michel Cina. «La rémunération globale des membres du Conseil d’administration et du Comité de direction sera désormais définie par l’Assemblée des délégués.»

Une nouvelle directrice générale suppléante

Ladina Heimgartner (37 ans) devient la suppléante de Gilles Marchand. Entrée à la SSR il y a dix ans, elle dirige RTR (Radiotelevisiun Svizra Rumantscha) depuis 2014. Outre sa fonction de suppléante du directeur général au niveau du Groupe, elle sera chargée du thème «Médias et Société». «Ladina Heimgartner est très appréciée au sein du Comité de direction», a précisé Gilles Marchand. «Je suis heureux qu’elle ait accepté de superviser ce thème-clé ainsi que le projet «Contribution to society», qui incarne l’engagement culturel, médiatique, économique et social de la SSR dans la société.»

Ladina Heimgartner: «Je m’attacherai à promouvoir encore plus les médias publics dans les quatre régions linguistiques. Nous devons avoir pour objectif de nous acquitter le mieux possible de notre mission de service public. A cette fin, la SSR doit faire preuve d’une plus grande ouverture et d’un grand dynamisme, intensifier le dialogue avec le public et être à l’écoute de la société.»

Une direction «Développement et Offre» à compter de 2018

La nouvelle direction «Développement et Offre» rassemblera un certain nombre de domaines essentiels au sein de la Direction générale, tels que la coordination de programmes, la transformation numérique, les études de marché et d’audience et les relations internationales. C’est Bakel Walden (42 ans), responsable de la stratégie des programmes de SRF depuis 2012, qui prendra la tête de cette nouvelle direction. «Bakel Walden peut compter sur une large expérience professionnelle, notamment internationale. Je suis très heureux qu’il rejoigne la Direction générale et le Comité de direction», a déclaré Gilles Marchand.

Bakel Walden à propos de ses nouvelles fonctions: «En tant qu’entreprise média investie d’une mission de service public, la SSR doit s’adresser à tous, dans toutes les régions et dans toutes les langues nationales. A la télé, à la radio et sur toutes les plates-formes numériques. Je vais coordonner et soutenir tous les efforts entrepris dans ces domaines au sein de la SSR. Je me réjouis de travailler avec Gilles Marchand, ainsi qu’avec l’ensemble des collaboratrices et collaborateurs des différentes régions.»