13.03 - Emission

Soirée thématique: Free to run suivi d'Infrarouge

La fabuleuse épopée d'un sport solitaire devenu passion universelle. Une ode à la gloire de la course libre et de ceux qui la font exister!

Mercredi 22 mars 2017
à 20h10 sur RTS Un

Documentaire de Pierre Morath (Suisse / 2016)

Un hymne assumé à la course à pied! Des rues de New York aux sentiers des Alpes suisses, hommes et femmes, champions ou anonymes, ils sont chaque année des dizaines de millions à courir.

Il y a 50 ans, la course à pied était encore considérée comme un acte marginal, cantonnée aux athlètes masculins et à l’enceinte des stades. Free to Run retrace la fabuleuse épopée de ce sport solitaire devenu passion universelle. Une ode à la gloire de la course libre et de ceux qui la font exister ! Free to Run sera suivi d’un débat Infrarouge.

Il y a à peine 50 ans, la course de fond était une activité puritaine et élitaire, réservée aux seuls hommes, champions de la piste ou aux stakhanovistes du marathon, cette distance de 42 kilomètres héritée d’un mythe antique et que l’on croyait alors faite pour les fous et les masochistes. Ceux qui s’aventuraient à courir dans la nature sans être des champions étaient considérés au mieux comme des excentriques, au pire comme de dangereux subversifs. « Si la police vous voyait courir sur le bord d’une route, ils vous arrêtaient, pensant que vous étiez un délinquant ou un criminel en fuite » racontent, amusés, de nombreux pionniers de la course libre.

Sauf que dans les années 60, l’époque est à la contestation, à la remise en question. La course à pied devient un acte de liberté et d’expression de soi-même. Sur les campus des universités américaines, les étudiants se révoltent. En mai 1968, la contestation explose aussi en France, en Suisse et en Europe. La jeunesse ne veut plus se laisser dicter sa conduite, elle entend se libérer des valeurs et des traditions que lui impose la société.

La course de fond devient alors l’un des symboles de la contre-culture et du «flower power». Courir dans la nature, dans un esprit libre, à la recherche de la sensation et d’un certain mysticisme, s’oppose aux compétitions réservées à une élite sportive et vécues sur des pistes fermées devant des arbitres rigides…

Communiqué RTS